jeudi 26 mai 2011

La naissance, ou le rendez-vous manqué

J'entendais toujours dire que lorsqu'on donnait naissance à un enfant, on l'aimait immédiatement et qu'il n'était pas possible d'échapper à cette déferlante d'amour qui nous tombait dessus. Et j'entendais toujours les gens affirmer que le plus beau jour de leur vie était bien évidemment celui où leur enfant est né.

Je me souviens aussi d'avoir entendu l'interview d'un sportif très connu (mais je ne sais plus lequel) qui venait de remporter une médaille olympique ou un championnat du monde et qui disait qu'il était en train de vivre le plus beau jour de sa vie. Ma mère avait été outrée par ses mots et avait ajouté "j'espère quand même que le plus beau jour de sa vie c'est la naissance de ses enfants, sinon c'est triste!" . J'avais donc toujours été conditionnée dans cette idée.



Quand la loupiotte est née je n'ai pas ressenti d'amour pour elle. Je ne me suis pas dit que j'étais la plus heureuse, le plus comblée des femmes et que je pourrais mourir pour elle. Non, j'ai d'abord été soulagée qu'elle soit enfin sortie et que ce soit fini. J'étais un peu sonnée, un peu ailleurs, je ne réalisais pas que j'étais devenue maman, j'avais juste l'impression d'avoir accompli un exploit sportif. C'est peut-être dur à lire, mais c'était tout à fait ça.

Pour remettre les choses dans leur contexte, sa naissance a été un peu chaotique, la loupiotte nous a fait quelques frayeurs et nous n'avons pas pu l'avoir avec nous tout de suite. Si on m'avait dit que sa naissance se passerait ainsi, j'aurais été sûre et certaine de le vivre mal et de mourir d'inquiétude pour mon bébé. En fait je l'ai plutôt bien vécu (je précise tout de même qu'on nous avait tout de suite rassurés, le pédiatre préférait la garder en néonat par précaution. Si nous avions été dans le flou le plus total, sans savoir ce qu'il en était, j'aurais sûrement réagi différemment.)

Quand j'ai récupéré la loupiotte, au bout de quelques heures, je n'ai toujours pas ressenti cette vague d'émotions. Je n'ai pas pleuré. J'étais fière parce que je la trouvais super jolie, mais je ne peux pas dire que je l'aimais déjà. Je prenais soin d'elle, la cajolais, la serrais contre moi parce que j'en avais envie, mais je ne me sentais pas maman. J'étais contente et immensément fière, mais pas transportée d'amour pour elle. Et quand notre famille ou nos amis venaient nous rendre visite et me disaient "alors ça y est tu as connu le plus beau jour de ta vie maintenant" ou "maintenant tu sais ce qu'est le véritable amour", je répondais oui parce que je n'avais pas envie de m'étendre sur le sujet et puis sûrement parce que j'avais honte.

Ce n'est qu'au bout d'une dizaine de jours que j'ai vraiment réalisé que j'étais maman et que j'ai mesuré à quel point j'aimais ma loupiotte. C'est venu d'un coup comme ça, une déferlante à retardement?, alors que je la regardais dormir tranquillement. Je me suis dit que j'avais eu peur au moment de sa naissance et je me suis rendue compte de ce dont nous aurions été privés si ça s'était mal passé. C'est à ce moment-là que j'ai compris. C'était un peu comme si je rattrapais ce rendez-vous manqué. (oui je suis un peu longue à la détente, déjà que c'est seulement quand j'ai perdu les eaux que j'ai vraiment réalisé que j'allais devenir maman...)

Maintenant j'arrive à parler ouvertement de tout ça, parce que je ne culpabilise plus de ne pas l'avoir aimée dans l'immédiat. Mon amour pour elle s'est intensifié au fil des jours. Ma loupiotte, j'en suis devenue absolument accro et je ne trouve même pas les mots pour dire combien je l'aime. Et je n'ai rien à prouver à ce sujet.

A présent que je suis consciente de tout ça, je n'ai aucun problème à raconter ce que j'ai ressenti à sa naissance. Je me fiche que ça puisse heurter certaines personnes, au contraire je trouve sain d'en parler ouvertement, parce que j'imagine que ça peut soulager les mamans qui se trouveraient dans le même cas. Savoir qu'on n'est pas inhumaine de ne pas ressentir tout cet amour, et qu'on est loin d'être la seule dans cette situation, c'est quand même réconfortant.
Et plus j'en parle, plus je me rends compte que d'autres personnes de mon entourage ont connu ça. Les langues se délient petit à petit.

Loin de moi l'idée de prétendre que celles qui disent avoir aimé leur bébé tout de suite mentent, j'imagine, et j'espère, que c'est effectivement le cas. Je souhaite juste rétablir les choses et dire que ce sentiment n'est pas universel. Nous sommes toutes susceptibles de réagir différemment et il faut simplement l'accepter.

Je n'ai pas vu le spectacle de Florence Foresti mais je sais qu'elle en parle dans un de ses sketchs. J'espère que ça aidera à rétablir les choses.

Et pour vous ça s'est passé comment? Déferlante ou pas?

27 commentaires:

  1. comme toi, c'est venu 48H après (là elle a 4 jours de vie), je la kiff grave et même ses cacas je trouve que ça pue pas! suis atteinte!!

    RépondreSupprimer
  2. J'ai eu la déferlante tout de suite moi mais c'est vrai que j'ai souvent entendu dire que ça pouvait très bien arriver que quelques heures ou quelques jours plus tard. Il n'y a pas vraiment de règles et puis ça doit dépendre de la façon dont s'est passé la grossesse, l'accouchement, etc... En tout cas, tu as bien raison d'en parler car c'est un sentiment qui peut être très culpabilisant finalement ! Ma grossesse n'en finit pas, mon bébé ne veut pas sortir de moi et parfois j'ai l'impression de le détester et d'être en colère contre lui. Du coup, ça me fiche la trouille pour la rencontre. Je vivrais mal le fait de ne pas l'aimer aussi fort et aussi vite que j'ai aimé Grégory dès que je l'ai vu.

    @Workin-mum : les cacas de nouveaux nés, ça sent la rose ! Attends un peu les caca "diversification alimentaire" :p

    RépondreSupprimer
  3. je fais parti de celles qui ont eu le déclic tout de suite. Mais je comprends tout à fait, peut être que tu as voulu (inconsciemment te protéger ...) l'important c'est que maintenant tu ressentes cet amour, après tout : tout de suite, 48h ou 1 semaine après ... on s'en fiche l'important c'est que tout soit normal maintenant !!!

    RépondreSupprimer
  4. Avant mon accouchement j'avais lu beaucoup de témoignages de mamans qui disaient qu'elles n'avaient pas "aimé" leur enfant tout de suite (sur internet, parce qu'effectivement dans la vie réelle ce sont des choses qui ne se disent pas) et du coup j'avais très peur de ce que j'allais ressentir en voyant ma fille. Et en fait je me suis vraiment sentie maman dès que le gyneco me l'a tendue.

    Je pense que ça dépend de l'histoire de chacune, mon accouchement s'est très bien passé mais ma fin de grossesse a été compliquée (alitée à partir de 33 SA pour une menace d'accouchement prématuré). Et je pense que j'avais déjà créé un lien fort avec ma fille pendant ces quelques semaines d'alitement et d'angoisses...

    RépondreSupprimer
  5. je l'ai aimé très vite, mais j'ai eu peur pour lui...par contre, je ne peux pas dire que ça a été le plus beau jour de ma vie...48 heures à dormir à peine, un accouchement dur fini en césarienne...j'étais tellement vannée que je ne suis pas sûre d'avoir vraiment réalisé!

    RépondreSupprimer
  6. Plutôt déferlante pour moi , mais je m'imaginais avec dès que j'ai su que j'étais enceinte donc je pense que ça aide beaucoup !!!
    Bonne journée !!!

    RépondreSupprimer
  7. Moi oui je peux dire que ça l'a été. Quand je l'ai vu ça a été un choc, ça m'est tombé dessus, c'est inexplicable...je l'ai regardé et j'ai juste dit "ho" j'etais sous le choc et déjà completement gaga de cette petite.Mais je comprends parfaitement que ça ne soit pas chez tout le monde pareil

    RépondreSupprimer
  8. Je ne peux pas encore dire pour moi, je ne peux parler que pour ma mère qui a été dans le même cas que toi pour ses deux filles, et qui m'a toujours dit qu'être maman c'était comme le reste, ça s'apprenait avec le temps.
    Je crois même qu'une part d'elle-même espère que ça sera pareil pour moi, pour pouvoir en parler à quelqu'un qui l'a ressenti pareil.
    Il semble que l'amour instantané fasse partie du grand mythe de la grossesse : la façon de vivre la grossesse la plus véhiculée (je kiffe du début à la fin, je suis heureuse tout le temps, je suis super impatiente, j'ai oublié la douleur immédiatement après l'accouchement, j'ai été transportée d'amour au premier regard, les suites de couche ça n'existe pas) ne représente pas la réalité. Je ne dis pas qu'aucune femme ne ressent tout ça mais qu'il y a des centaines d'histoires et de ressentis différents.
    Alors les témoignages comme le tien sont très précieux, pour montrer à quel point avoir un enfant ça peut être plus compliqué que ce dont on nous parle, et pour soutenir les mamans et futures mamans dans le doute :)

    RépondreSupprimer
  9. Je ne sais pas encore comment ça se passera pour moi... Ce sera en octobre.
    C'est vrai qu'on s'imagine devoir l'aimer tout de suite, comme une évidence.
    Mais tu me rassures : je sais maintenant que si ce n'est pas immédiat, ça ne tardera pas! ;-)

    RépondreSupprimer
  10. Pareil pour moi, sauf que ça s'est mis en place non pas en quelques jours mais au fil des mois. J'ai toujours aimé mon bébé, mais je n'avais pas eu de révélation d'amour inconditionnel comme je le ressens avec ma petite sœur.
    Moi aussi j'ai eu du mal à me sentir maman, même si les choses venaient naturellement : d'ailleurs je ne me suis jamais sentie enceinte non plus, je ne regardais jamais sous mon visage dans le miroir, question d'habitude.
    Aujourd'hui mon fils a un an et plus que du fait d'être ma chair, j'adore mon fils parce qu'il est excellent ;)

    RépondreSupprimer
  11. Moi j'ai eu le coup de foudre immédiat mais la naissance a été un cauchemar donc c'était peut-être un soulagement de me retrouver tranquillement avec mon fils... Et j'ai dormi toute la nuit avec lui posé sur moi (alors que les sage-femmes) ne voulaient pas. j'ai pas réussi à dormir mais ça nous a fait du bien !

    RépondreSupprimer
  12. C'est ce que j'ai vécu pour ma 2eme moi, alors que pour mon premier ça avait été immédiat. Je crois que c'est arrivé le jour où elle est tombée du canapé, elle avait quelques jours et j'ai tellement eu peur que j'ai réalisé à quel point je l'aimais !
    Je ne sais pas si c'est lié à la naissance mais elle est née tellement vite que j'ai eu un peu de mal à réaliser je crois...

    RépondreSupprimer
  13. Et bien je constate que pour la plupart d'entre vous le lien s'est fait très rapidement! J'espère qu'il en sera de même avec notre biscotte! Ca doit être magique de ressentir ça dès les premiers instants.
    Pour les autres, l'important est de ne pas se sentir inhumaine si ça n'est pas le cas. Il faut du temps c'est tout ;)

    RépondreSupprimer
  14. Tu m'ôtes les mots de la bouche(le coup de l'exploit sportif, c'est exactement ça! lol) et même j'ai mis plus longtemps que quelques jours à me faire à l'idée et à créer un lien avec mon bébé. Par contre, j'ai jamais eu honte de le dire (pourquoi j'aurais honte d'abord?) Pourtant, tout s'est super bien passé (grossesse,accouchement et sejour mat). Je pense que c'est normal que pour certaines mères, il faille du temps pour se rendre compte qu'on est mère, qu'on a "réussi" et à découvrir notre bébé pour l'aimer. C'est sûr que c'est moins "poétique" que l'amour au 1er regard mais bon, on s'en fout ;-)

    RépondreSupprimer
  15. Pour mon premier, je n'ai eu aucun déclic. J'ai même été paralysée de peur, au bord du rejet, en me demandant ce que j'allais faire de ce marmot. Pourtant il a été désiré... Je ne me suis sentie mère que quand j'ai cessé de vouloir l'allaiter alors que je n'aimais pas ça et que je lui ai donné un biberon : quand je l'ai regardé dormir comme un ange, repu, que j'étais satisfaite de lui avoir donné ce dont il avait besoin. Et puis, petit à petit, une relation s'est construite, et j'ai appris à l'aimer. Je l'aime un peu plus chaque jour ! Il a presque 4 ans maintenant, et nous avons une relation merveilleuse, pleine de complicité.

    Pour mon second, paf ! Gros coup de foudre quand on me l'a posé sur le ventre ! Je ne m'y attendais pas, c'était bouleversant. Il a 3 mois maintenant, c'est toujours le même bonheur. Je ne sais pas à quoi ressemblera notre relation dans quelques années, on verra bien !

    Je pense que l'amour pour ses enfants se construit peu à peu. Ce coup de coeur à la naissance peut exister, je ne peut pas le nier, mais il peut être étouffé ou amplifié selon ton état d'esprit le jour de la naissance. Nous sommes toutes différentes, avec un vécu différent, on ne peut pas toutes aimer de la même manière. Nous fantasmons sur un amour maternel absolu, c'est rassurant de se dire que Maman nous a toujours aimés et nous aimera toujours. Mais Maman est humaine !
    J'ai tendance à croire, aussi, qu'un sentiment contruit peu à peu est plus solide qu'une déferlante de passion née d'une rencontre physique. L'important, à mes yeux, ce n'est pas la déferlante d'amour des premiers instants, c'est si aléatoire ! C'est plutôt les échanges entre les parents et les enfants tout au long de la vie qui cimentent une famille.

    Bises à toi et merci pour ton billet qui soulève ce point qui me tient à coeur ! :-)

    RépondreSupprimer
  16. J'ai vécu et ressenti exactement la même chose que toi. A la naissance de mon fils, j'étais soulagée de ne plus être enceinte, et j'avais aussi cette impression d'être trop épuisée pour m'attacher à lui tout de suite. Et comme je n'avais jamais été très à l'aise avec les bébés (jamais changé de couche ni donné de biberon !) j'avoue qu'il me faisait peur :) Et pourtant j'étais attirée par lui comme un aimant, je ne pouvais pas m'empêcher de le câliner, j'avais besoin de respirer son odeur, le prendre dans mes bras... Maintenant je sais que mon amour pour lui va très loin et que je serais capable de tous les sacrifices !
    Merci pour ce très joli texte, ça fait du bien de lire de tels témoignages décomplexants !

    RépondreSupprimer
  17. Ca me fait du bien de te lire ! J'adore ma fille ( elle a six mois ), je suis quasi fusionnelle avec elle mais je n'ai pas ressenti cette vague d'amour à la naissance...J'étais ravi que ce soit enfin fini, qu'elle soit dans mes bras...Mais, comme toi, je n'avais pas vraiment conscience de ce qu'il se passait...Cette vague d'amour est venue petit à petit et, maintenant, elle me submerge dès que je la regarde !

    RépondreSupprimer
  18. même si j'ai eu un très bon premier accouchement, j'ai également mis quelques jours avant d'investir mon nouveau rôle de maman avec toute la dimension affective. Et je découvre désormais, après mon second accouchement (qui s'est très bien passé également) que j'ai des sentiments plus fort encore que grâce à ma fille (l'ainée) j'étais désormais plus à même d'accueillir ce second bébé comme si mon éducation était enfin terminée !!!

    RépondreSupprimer
  19. pour le Moustique j'avais chialé toute la nuit !!pour le pti prince s'est venu le 2nd jour et j'en suis dingue de ce gosse !!!

    RépondreSupprimer
  20. Tout pareil ici,
    J'ai trouvé cela plus fort ce que je vivais avec mon conjoint, que cette déferlante d'amour pour mon petit loulou. Et pourtant je ne me lassais pas de le regarder et de lui faire des bisous, mais pas cette vague immense dont me parlait mes copines. Et pourtant cela faisait des années que je l'attendais ....

    Je me suis souvenue à ce moment là d'une de mes collègues qui avait été abandonnée à la naissance par sa mère, et qui me racontait qu'elle lui en avait encore plus voulue après la naissance de ses enfants à elle. Elle ne comprenait pas, elle ne comprenait plus. Je crois que j'ai compris.

    Je pense qu'au final c'est une rencontre avec son enfant, qu'il faut apprendre à se connaitre, à se découvrir, à s'aimer. Et cette rencontre elle se fait, ou pas...

    Aujourd'hui j'ai l'impression de l'aimer encore plus tous les jours, et rien que de sentir sa petit main dans les miennes me fait monter les larmes aux yeux. Je parle sans tabou de ce que j'ai ressenti à la naissance et j'en parle avec mes copines qui sont enceintes. Personne doit se sentir coupable, personne doit mal le vivre!

    RépondreSupprimer
  21. Les filles merci beaucoup pour vos témoignages! Je vois aussi que d'une grossesse à l'autre, une maman peut ressentir des choses différentes. J'espère ne pas râter à nouveau ce RDV avec la biscotte. Même si finalement je me suis bien rattrapée pour la loupiotte, j'aimerais bien le connaître ce fameux amour immédiat!

    RépondreSupprimer
  22. pareil, mon fils a dû aller en néonat à la naissance, mais la néonat était dans l'hopital de la ville d'à-côté ! :( j'ai été transféré le lendemain, mais bon, moi qui avait rêvé du peau à peau et de la première tétée, bah snif... mais je préférais qu'on prenne vraiment soin de mon fils... donc oui je peux comprendre tes réactions, et non, je suis loin de te juger ! bises

    RépondreSupprimer
  23. Fée line: Ca a dû être très dur d'être séparé de ton fils ainsi!

    RépondreSupprimer
  24. bah sur le coup j'ai pas tilté ! je voulais juste qu'on prenne soin de lui... c'est ensuite, quand j'étais en surveillance, pendant 2h dans la salle-chambre, toute seule ! là oui j'ai vraiment craqué ! heureusement, mes parents se sont relayés, près de moi, pour que je ne sois pas seule... le soir aussi j'ai eu du mal à dormir ! il me manquait quelque chose...

    RépondreSupprimer
  25. Bravo pour ce billet, très honnête, très juste, et très bien écrit je trouve ! il est d'autant plus intéressant qu'il est déculpabilisant, et ça, ce n'est jamais de trop !
    Et c'est une "maman déferlante" qui te le dit ;-) !

    RépondreSupprimer
  26. Sincèrement, je n'avais jamais réfléchi à cette question ! Personne ne m'a jamais demandé si "ça y est", j'avais vécu le plus beau jour de ma vie. Et puis je trouve ça pas terrible comme notion. Enfin, pas représentatif de la réalité quoi. Pour moi, le plus beau, c'est de partager ma vie avec mon enfant, de l'avoir à mes côtés et d'être là pour lui chaque jour. Le jour de sa naissance, ç'a été le jour de notre rencontre donc oui, c'était formidable mais je n'ai pas l'impression qu'un jour, je pourrais précisément dire qu'un jour de ma vie a été le plus beau (en plus, tu fais comment quand t'as plusieurs enfants ? il faut choisir la naissance de l'un d'entre eux ?).
    Après, pour l'amour, franchement, je saurais pas dire. Ce qui est sûr, c'est que j'ai pleuré d'émotion dès que je l'ai vu, réaction à laquelle je ne m'étais vraiment pas attendue. Donc j'ai été "touchée" par lui dès que je l'ai vu, c'est certain. Je l'ai trouvé beau, j'étais extrêmement heureuse de pouvoir le serrer contre moi et le rencontrer. Je suis immédiatement devenue inquiète pour lui et préoccupée par son bien-être plus que par le mien... Mais une "déferlante d'amour", je ne sais pas quoi dire ?
    C'est clair que ce petit bout, je l'aime plus que ma vie. Mais quant à dire à quel instant ça a commencé, je ne sais vraiment pas !

    RépondreSupprimer
  27. C'est vraiment génial de lire ça, déculpabilisant, dédramatisant ... ma mère m'a toujours dit la même chose que toi. Et ça fait du bien.
    Et j'adore ton blog, continue !

    RépondreSupprimer