mercredi 11 mai 2011

Quand tu es enceinte laisse ta pudeur et ton côté glamour au vestiaire! (2)

Je m'étais arrêtée à l'avant naissance. Au départ, naïvement, je pensais qu'une fois qu'on avait accouché on était un peu plus tranquille à ce sujet... eh bien NON! Pas du tout... C'est même pire...

Déjà si, comme moi, vous avez la bonne idée de perdre les eaux en pleine nuit, sachez que vous avez peu de chance d'arriver à la maternité fraîche comme la brise du printemps, mais plutôt hagarde, avec des cernes jusqu'en bas des joues, vêtue de vos habits de la veille et une serviette coincée dans votre culotte. Bye bye glamour!!! Ah et quand je parle de serviette coincée dans votre culotte, il ne s'agit pas d'une serviette hygiénique, non, non, mais d'une serviette de bain! Ah ben oui, parce que perdre les eaux, c'est pas de la rigolade: ça ne sort pas une bonne fois pour toute, noooon, c'est plus mesquin que ça: ça coule en filet pendant loooongtemps, très looooongtemps. Tellement longtemps que j'ai cru que les 7 kg pris pendant ma grossesse correspondaient en tout et pour tout à 7 litres de liquide amniotique. Donc quand je me suis aperçue qu'il fallait me résoudre à partir à la maternité alors que je perdais encore les eaux, j'ai choisi l'option serviette (pas la serviette de plage, hein, mais la petite serviette "invité"). Et là j'ai été contente que ça se passe en pleine nuit, sans risque de croiser un voisin.

Ensuite à la maternité, on vous fournit le packaging complet anti-glamour: les différents examens, la fameuse blouse, le laxatif et la position qui fait que vous vous sentez super à l'aise. Surtout quand votre gynéco, qui malgré ses 60 et quelques balais est franchement toujours pas mal et même plus que ça, vient tailler la bavette avec vous. Alors là on essaie de faire style "non ça ne me gêne pas du tout de parler de la pluie et du beau temps, avec vous, les jambes écartées". On n'est pas mal à l'aise, du tout, du tout....



Je vous passe l'accouchement en lui-même et les soins qui s'en suivent, voyez pourquoi. Et puis ensuite arrive le moment de retourner dans sa chambre et là moi, j'ai eu envie de faire pipi. Et dans ces cas-là, pas possible d'y aller discretos, l'air de rien, nooooon, parce qu'on n'a pas le droit de se lever toute seule. J'ai donc dû le dire à l'infirmière, un peu comme à l'école maternelle quoi.... Et là, cerise sur le gâteau, elle m'a annoncé qu'elle ne pouvait pas me laisser seule aux WC, au cas où je ferais un malaise.... Mais je vous en prie, accompagnez-moi, de toutes façons je crois que ma pudeur est partie pour toujours.... Nous voilà donc, toutes les 2, bras dessus, bras dessous, à aller aux toilettes, mine de rien, comme si c'était la chose la plus naturelle au monde... Sauf que... ben rien! J'ai pas pu faire pipi, sûrement par timidité.

Et puis les heures se sont enchaînées et le soir toujours rien: je n'étais toujours pas allée aux toilettes alors que j'en mourrais d'envie. Mais rien à faire, il devait y avoir quelque chose de bloqué. Après avoir tergiversé un bon moment, je me suis résolue à appeler une infirmière pour lui faire part de ce petit souci. "Attendez je vais chercher une sonde" m'a-t-elle dit... Youpi! mais c'est un vrai festival !!! Sauf que quand elle a commencé à installer la sonde, elle a été appelée "pour une vraie urgence "(je cite) et m'a donc laissée en plan, sur mon lit, SANS avoir pris soin de bien refermer la porte de ma chambre... et il y avait comme des petits courants d'air.... vous ne pouvez pas savoir à quel point j'ai prié et combien j'ai brûlé de cierges, intérieurement, pour que la porte ne s'entrebaille pas plus.

Ensuite, si toujours comme moi, vous avez trop de bol, vous allez hériter d'une chambre double (bon sang dire que ma mutuelle me coûte une fortune!!!). Et là avec votre voisine, vous allez partager des secrets que même votre meilleure amie ne saura jamais. Parce qu'il y a beau avoir un rideau entre les 2 lits pour donner un peu, un tout petit peu d'intimité, ça ne change pas grand chose. Surtout quand les sages-femmes sont super discrètes et entrent dans votre chambre en criant "Aggie, ça va mieux? Vous arrivez à faire pipi maintenant?" "oui" "Et vous la voisine, les hémorroïdes ça va mieux?" "oui" "ah tant mieux, parce que vous étiez sacrément arrangée!".  Y'a pas à dire, ça crée des liens. D'ailleurs ma voisine et moi on est devenues amies. 

Côté glamour, je me doutais que je n'allais pas forcément être à mon avantage  pendant mon séjour là-bas, alors j'avais essayé de mettre toutes les chances de mon côté pour garder un peu de coquetterie et d'orgueil. 
1/ Hors de question pour moi d'être en pyjama dans la journée.
2/ J'avais embarqué mon lisseur à cheveux, sans quoi même mon mari ne me reconnait pas.
3/ Je me maquillais tous les jours, histoire d'avoir à peu près bonne mine.

J'avais aussi réussi à faire abstraction des culottes XXXXXL fournies par la maternité.
J'avais également réussi à toujours planquer, tout au fond de ma trousse de toilette, la fameuse crème anti-hémorroïdes "PROCTOLOG"  (d'ailleurs bravo au labo qui commercialise cette crème, difficile de trouver un nom plus judicieux... non parce que parfois on retrouve une crème ou un médicament au fin fond de sa boîte à pharmacie et on ne sait plus à quoi ça servait... alors que là, avec un nom pareil, PAS de doute possible!!). 

Et puis un jour, tous mes efforts ont été ruinés d'un coup d'un seul. J'étais tranquillement en train de bavarder avec un copain qui était venu me rendre visite, quand une sage-femme a déboulé dans la chambre en claironnant "Bonjour, je viens vous faire un toucher vaginal!!!" Je vous laisse imaginer le silence qui a suivi.... et le regard gêné de mon visiteur qui a à peine réussi à balbutier "euh, bon, ben euh je sors...." oui j'aimerais autant...
Enfin ça aurait pu être pire, 20 minutes avant c'était mon chef qui était assis à sa place....

Et puis une fois que vous êtes rentrée chez vous, que vous en avez fini avec tous les examens et avec les joyeuses séances de rééducation du périné, vous vous dites que ça y est, vous allez pouvoir retrouver un peu de pudeur..... Mais c'est sans compter sur votre grand-mère adorée, d'ordinaire si discrète, qui en plein milieu d'un repas de famille où tous vos oncles et cousins sont présents,  lâche, un peu fort, parce qu'elle commence à devenir un peu sourde, "Au fait Aggie, tu l'as eu ton retour de couches???"

Bon appétit!




9 commentaires:

  1. ah oui, y 'a pas...c'est glamour!!!et mdr pour le chef assis là 20 minutes avant...je susi sûre qu'il aurait apprécié la délicatesse de la sage femme!!!

    RépondreSupprimer
  2. C'est exactement ça ! Et les sage-femmes ou infirmières tous les jours qui te demande si tu es allée à la selle, non des fois que ça interesserait tout le monde... Pfff

    RépondreSupprimer
  3. rhoooooo, bon ben je réalise pleinement que j'ai un gygy en or et une maternité tip top hyper respectueuse de la pudeur des femmes. Je n'ai connu aucune de ces situations et étrangement, j'en suis bien contente lol.
    Ceci dit, c'est vrai, notre pudeur est sacrément mise à mal depuis le TG jusqu'au rdv post partum^^

    RépondreSupprimer
  4. J ai eu un concentré de tout ça, j ai adoré perdre les eaux la nuit par contre, l effet de surprise !
    Pis c est vrai se ballader avec sa serviette entre les jambes euhhhhh

    RépondreSupprimer
  5. Enorme ! J'adore ton humour et j'ai beaucoup ri (et même que j'ai le droit vu que je suis enceinte aussi :P). C'est fou comme toutes les questions intimes deviennent publiques dès qu'on est enceinte !

    J'ai la chance d'avoir depuis peu un gynéco discret avec déshabillage derrière un paravent, c'est simple mais ça compte. Je vais croiser les doigts pour que ma maternité soit comme celle d'Anne-Laure :D

    RépondreSupprimer
  6. C'est que nous les femmes, nous avons grâce aux grossesses, droit à un aperçu-entraînement spécial de l'état dans lequel nous serons à 80 ans...avec mal partout, plus un endroit de ton corps non mutilé (d'ailleurs maintenant j'achète systématiquement des boucles d'oreilles comme cadeau de naissance aux jeunes mamans, seul endroit épargné!), et va y qu'on te lave, qu'on te met une sonde par-ci une sonde par là, qu'on te recoud par ci qu'on t'entaille par là... allez vive les accouchements à domicile!!!

    RépondreSupprimer
  7. une vraie horreur :D très drôlement racontée !

    RépondreSupprimer
  8. Maman Bavarde: oui et je pense que j'aurais démissionné dans la foulée!

    La fée: Ah oui la fameuse question "et vous êtes allée à la selle?" je l'avais oubliée celle-là!!

    Anne-Laure, Vaallos: j'adore mon gynéco, il est très respectueux, il y a aussi un paravent dans son cabinet, mais on a l'habitude de discuter de tout et de rien (comme il sait qu'on a un projet de construction de maison, la dernière fois on a parlé d'architectes par exemple). Par contre dans cette maternité autant les SF et infirmières en salle d'accouchement étaient vraiment bien, autant celles qui s'occupent des suites de couches n'étaient pas discrètes!!

    Lily: oui ça donne une dimension encore plus irréelle de perdre les eaux en pleine nuit!

    Anaïs: j'espère qu'il s'agit de bons souvenirs!

    La famille déjantée: je me suis fait la même reflexion. Je me disais que pour les personnes âgées ou handicapées ça doit être encore pire! Je comprends que pour le personnel soignant ce soit devenu un quotidien, mais bon on reste des personnes sensibles et on mérite tous de voir notre intimité respectée.

    Raquel: merci :o)

    RépondreSupprimer