vendredi 23 décembre 2011

Le Père Noël n'est pas qu'une ordure

Mardi matin. On est grave à la bourre, pile le jour où j’ai un train à prendre. Avant de quitter l’appart, je me dépêche d’ouvrir les volets : il pleut comme vache qui pisse. Youpi ! Ca signifie que je vais me farcir le trajet jusqu’à l’école en tenant la loupiotte d’une main, en poussant la poussette de la 2ème et en tenant mon parapluie de la 3ème.


On saute dans l’ascenseur. Après de longues secondes, il arrive enfin au RDC. Je bondis dans le hall, avec tout mon petit monde sous le bras (façon de parler, hein ?) quand j’entends une voix fluette m’interpeler « Héééé, psssssssiiit !! Aggie … vous pouvez me rendre un service ? »

Je me retourne et trouve le papy du RDC sur le pas de sa porte. En pyjama.

Han mais qu’est-ce qu’il me veut celui-là ? Qu’est-ce qu’il a encore trouvé comme moyen, pour me tenir la jambe ? (façon de parler aussi, hein ?). J’ai gravement envie de faire comme si je ne l’avais pas vu, ni entendu. Mais bon je préfère être sympa avec lui et ne pas le contrarier. Surtout depuis le jour où il m’a confié avoir fait, dans sa jeunesse, un petit tour de quelques mois au violon. Pour avoir essayé de planter quelques coups de couteau dans le lard d’un gars qui regardait sa femme d’un peu trop près. Vous allez me dire « oui mais bon c’était il y a longtemps. A l’époque c’était comme ça la vie et pis c’est un papy tout ce qu’il y a de présentable maintenant », ben moi je préfère lui rendre service et tant pis pour mon train.



Moi : euh oui ?
 Lui : vous emmenez la loupiotte à l’école, là ?

Moi : euh oui

Lui, en regardant ses pieds d’un air penaud : vous pourrez dire à la directrice que je m’excuse, mais je serai en retard de 30 minutes car j’ai un contretemps. Elle comprendra.

Moi : euh oui

Lui, les joues rouges: surtout dites-lui bien que c’est un contretemps. Je ne voudrais pas qu’elle m’en veuille.

Moi : euh oui

Ouhlala, mais dans quelle combine je suis encore tombée, moi ? Je passe tout le chemin à me demander ce qu’il peut bien se tramer avec la directrice, là ?

Je croise celle-ci dans le hall de l’école, l’emmène un peu à l’écart et lui dis façon message codé « j’ai un message pour vous – M.Bip sera en retard – 30 minutes – c’est un contretemps, UN CONTRETEMPS »

Elle, avec des yeux écarquillés : d’accord, OK, merci de m’avoir prévenue.


J’emmène la loupiotte jusqu’à sa classe, puis passe à nouveau dans le hall où j’entends la directrice dire à une de ses collègues :

« Changement de programme : on va prévoir la récré à 10h, parce que la maman de la loupiotte vient de me prévenir que le Père Noël serait en retard de 30 minutes ».

Le Père Noël !

Comment aurais-je pu me douter que ce gringalet, avec sa voix toute fluette, c’était le Père Noël ?

En tout cas, maintenant que je sais que le Père Noël est un ex-taulard, je ne le verrai plus de la même façon.(ah si ma loupiotte savait ça…)


Article rédigé pour So Busy Girls. Allez voir par là vous aurez de la chouette lecture!

5 commentaires:

  1. Ah j'ai adoré !!!
    Comme quoi, il ne faut pas se fier aux apparences...
    Purée t'en as de la chance, le Père Noël habite dans le même immeuble que toi ;-)

    RépondreSupprimer
  2. juste extra!!!! Ceci dit, j'ai bu un café avec le père Noël (de mon école)...et il boit pas que du café, crois moi!!!!rhooooo, faut trop que je raconte c't'histoire, tiens, d'ailleurs!!!!

    RépondreSupprimer
  3. Excellent ! Le père Noël se planque partout ;)

    RépondreSupprimer