lundi 8 juillet 2013

Se dévoiler

Novembre 2010. Je suis enceinte de la biscotte, mais je suis en arrêt pour risque de fausse-couche. J'attends fébrilement l'échographie des 12 semaines qui révélera si l'hématome placentaire s'est résorbé. Je ne montre pas mon angoisse qui est d'autant plus grande que 5 mois auparavant c'est au cours de l'échographie des 12 semaines que j'ai appris que je faisais une fausse-couche. Le coeur du foetus s'était arrêté quelques jours plus tôt.

Cette fausse-couche nous n'en avons parlé à personne dans notre entourage. Seul mon chef de l'époque avait été mis au courant, parce que j'avais dû m'absenter 2 jours pour l'intervention chirurgicale.

Malgré cette nouvelle grossesse, la douleur est encore présente et j'appréhende au plus haut point de passer une nouvelle échographie des 12 semaines.

Quelques jours avant que celle-ci ait lieu, j'apprends que la soeur de ma copine Marie vient de faire une  fausse-couche exactement de la même façon: échographie des 12 Sa, coeur arrêté, aucun symptôme, ciel qui leur tombe sur la tête.

Entre sa soeur et moi le courant n'est jamais trop passé. Elle a un caractère de chien.
Mais évidemment ça ne me laisse pas de marbre et je ressens de la peine pour elle.
A un moment je pense dire à Marie que j'ai connu la même chose et que si sa soeur le souhaite, on peut en parler ensemble.
Mais je ne dis rien. A quelques jours de mon écho je n'ai pas envie de me replonger dans ces souvenirs. Je veux me préserver.

Et puis j'apprends que la soeur de Marie ne va pas bien. Qu'elle appréhende l'intervention chirurgicale, les suites, etc... Mon mari m'encourage à lui en parler.
Je prends donc sur moi et téléphone à Marie pour lui dire que j'ai vécu exactement la même chose que sa soeur et que si celle-ci veut en parler, elle peut m'appeler.

10 minutes plus tard mon portable sonne et j'ai sa soeur en pleurs au bout du fil.
Pendant 1 heure nous discutons. Je lui dis tout, la rassure comme je peux, essaye de lui remonter le moral. Je me sens parfois maladroite, parfois sur le bon chemin.
Je tente de me blinder, mais cette conversation remue beaucoup de choses.
Quand 2 jours plus tard Marie m'appelle pour me remercier et dire que sa soeur va mieux depuis que nous avons parlé, je me dis que mes efforts n'ont pas été vains.

Quelques jours plus tard a lieu mon échographie. Celle-ci dévoile une petite biscotte en pleine forme. Nous pouvons enfin annoncer la nouvelle à notre entourage, mais j'attends un peu pour le dire à notre groupe d'amis, le temps que la soeur de Marie digère l'intervention chirurgicale.

Quelques semaines plus tard celle-ci est à nouveau enceinte et cette fois-ci sa grossesse se passe à merveilles.

Puis ma petite biscotte est née. Toute la famille de Marie est venue nous rendre visite et gâter le divin enfant.
Toute? Non sa soeur a fait la morte. Je n'attendais pas de cadeau de sa part (ni de personne d'ailleurs), ni de visite. Mais un simple coup de fil ou un texto m'auraient fait très plaisir. Ce n'est quand même pas demander  la lune...

A l'époque même si j'avais été étonnée par son silence, je n'y avais pas plus prêté attention que ça.

Mais samedi elle et moi nous nous sommes retrouvées invitées à une même soirée. Et c'est à peine si elle m'a  adressé la parole. La dernière fois où nous nous étions vues, c'était pareil. Elle m'ignore soigneusement.

Alors je n'ai peut-être pas le même caractère de chien qu'elle, mais j'ai de l'orgueil.
Et si en temps normal je me fiche éperdument qu'on m'ignore, là c'est différent. Je n'ai pas l'habitude de me livrer, de lever le voile. D'ailleurs encore aujourd'hui nos familles ne sont pas au courant de cette fausse-couche. Pour une fois que je le fais, mon orgueil en prend un sacré coup. Je me suis forcée  le faire, pour elle, je ne suis pas prête de recommencer.






22 commentaires:

  1. en effet... c pas cool ! comme quoi parfois même les difficultés ne rapprochent pas

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Même si je savais que nous ne serions jamais amies, je ne pensais pas qu'elle aurait cette attitude.

      Supprimer
  2. Je te comprends parfaitement... Il y a des gens qui reçoivent tout en donnant très peu...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est exactement ça. C'est son cas pour d'autres raisons encore...

      Supprimer
  3. Mais comment après avoir vécu un truc pareil, s'être confiée, elle peut décemment t'ignorer? Peut être qu'elle n'a toujours pas digéré? En tout cas je comprends ta réaction mais que ça ne t'empêche pas de rendre service à d'autres personnes, ça serait dommage et pour les personnes en demande, et pour toi. On y gagne tellement (normalement).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Disons que je ne le ferai plus avec les personnes avec lesquelles le courant ne passe pas. Mais c'est vrai que ça m'a clairement refroidie!

      Supprimer
  4. tu as fait une belle action, c'est le principal. Cette personne est étrange mais à ta place, j'aurais fait pareil... c'est important de partager son expérience, malheureusement cette personne n'était pas la bonne pour entendre et comprendre l'aide que tu as lui très probablement apportée...
    à tout hasard : en parleras-tu à ton amie ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non je n'en parlerai pas à Marie. Elle serait bien embêtée et je ne veux pas la mettre dans l'embarras pour ça ;-)

      Supprimer
  5. C'est tellement décevant, mais au fur et à mesure du temps qui passe je me rends compte que les gens n'ont pas tous les mêmes valeurs... On se prends des coups et après on devient trop méfiants et ce envers trop de monde.. en tout cas moi à force de donner sans retour de certains je me blinde trop et ce n'est pas bon =)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai cette crainte, comme toi, de trop me blinder.

      Supprimer
  6. Ah oui étrange cette réaction... C'est dure quand même... Trop bonne trop conne. Mais ne regrette pas de l'avoir aider, au moins tu as montrer ta bonne personne contrairement à elle...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le pire est que je n'attendais rien en retour... si ce n'est qu'elle ne m'ignore pas par la suite!

      Supprimer
  7. Sentiment mitigé en te lisant.
    Je comprends ton amertume mais t'ignorer lui permettait peut-être de ne pas remuer le couteau dans la plaie. Difficile de savoir ce que pense vraiment les gens...
    Cela dit je comprends que cela soit difficile pour toi qui t'es laissée aller à confier une part de ton intimité la plus sensible pour aider cette personne...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Au lieu de m'ignorer elle aurait pu tout simplement me parler de la pluie et du beau temps. Ca n'aurait pas remué le couteau dans la plaie...

      Supprimer
  8. Je pense qu'à ta place j'aurais été blessée également. Tu as fait preuve d'humanité et de compassion, c'est tout en ton honneur, c'est le principal <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci. Parfois je me dis que je prends ça trop à coeur et puis parfois je me dis que c'est quand même bête d'avoir cette réaction avec moi.

      Supprimer
  9. dur oui...
    Et impossible pour toi de la prendre à part ou d'envoyer un message pour le lui dire? Sait-elle que tu n'en avais parlé à personne, que ce n'était pas du tout une démarche facile pour toi, bref lui expliquer ce que tu écris finalement, pour clôturer le truc et passer à autre chose, pour que ça ne te reste pas sur le coeur?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui elle sait que personne n'était au courant. En fait je n'ai pas envie de lui en parler, je n'ai plus envie de perdre du temps avec elle. Si ça avait été une amie qui avait réagi de la sorte, pourquoi pas.

      Supprimer
  10. Les gens ont parfois de drôles de réaction... si ça se trouve elle est juste très timide ou pas très sociable et ne savait pas quoi te dire. Pas que je lui cherche des excuses hein :)
    A ta place, je ne regretterais rien, tu as fait ce qui te semblait bien à ce moment-là, et ça l'a sûrement aidée. Je comprends ta déception... mais ne remets pas en question ton envie d'aider. C'est si précieux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je continuerai à aider dès que je le pourrai, mais simplement je ne me forcerai plus à me dévoiler comme je l'ai fait à cette occasion (sauf pour quelqu'un qui me serait cher).

      Supprimer
  11. il a des attitudes que je ne comprends pas du tout, mais souvent, ce sont des quiproquos qui en sont à l'origine (genre elle croit que tu l'as dit à machin qui l'a dit à bidule)
    J'aime tant que les choses soient claires... je comprends vraiment ce que tu ressens!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi j'aime quand c'est clair, sinon je ne suis pas très à l'aise. Là je ne vois pas quel quiproquo il pourrait y avoir. J'attendais uniquement de sa part qu'elle ne m'ignore pas, rien de plus. Mais comme tu dis il y a des attitudes (et des gens) qu'on n'arrive pas à comprendre ;-)

      Supprimer