mardi 29 octobre 2013

Et t'as fait quoi aujourd'hui Aggie? J'ai mis sa culotte à une mamie...

Samedi, à 2 jours de reprendre le travail, j'aurais pu dire à mon mari:
"Tiens, il fait 25°, et si on allait boire un verre en terrasse?" ou bien "tu gardes les petites? je vais faire du shopping" ou encore "je vais lézarder sur le transat".
Mais non à la place j'ai dit "viens on va rendre visite à ta grand-mère".

Sa grand-mère ça fait 3 semaines qu'elle est en maison de retraite. Et je me suis dit qu'un peu de visite ça lui ferait plaisir. Alors on a embarqué la loupiotte et la biscotte et nous sommes partis pour une longue, très longue après-midi.

La première minute la grand-mère a été surprise de notre visite.
Les deux suivantes elle nous a dit qu'elle était contente de nous voir.
Les deux minutes d'après nous avons échangé des banalités.

Et puis elle a embrayé  "la maison de retraite c'est un MOUROIR, vous entendez un MOUROIR!!".
Bien, bien, bien.
Je vous rappelle que la loupiotte et la biscotte étaient là?

Et puis elle a continué "c'est l'ENFER ici, vous entendez c'est l'ENFER!"
Là, la loupiotte a arrêté de jouer.

Et puis elle a enchaîné "je voudrais être MORTE, vous entendez je voudrais être MORTE"
Là, la biscotte a arrêté de jouer à son tour et la loupiotte est venue tout contre nous.

Autant vous dire que l'heure pendant laquelle nous sommes restés a duré une éternité (au moins).

J'étais contente, heureuse, soulagée, de mettre les voiles. Mon mari encore plus, c'est lui qui est sorti de la chambre en premier.

Quand je l'ai rejoint dans le couloir, une petite mamie, assise dans un fauteuil roulant, était en train de l'appeler.... "monsieur, s'il-vous-plait monsieur, vous pouvez m'aider?"

Il a dû voir venir le truc louche, alors il a passé le relais: "Aggie, va voir, là-bas y'a une grand-mère qui appelle..."


Et moi, n'écoutant que ma gourditude ma candeur et ma naïveté, j'y suis allée.
J'ai donc avancé dans le couloir vers cette dame qui disait "ah merci madame, j'ai vraiment besoin d'aide vous savez."
Et là j'ai vu qu'elle agitait un truc blanc à hauteur de ses genoux.
C'est là que j'ai senti le coup foireux. Je me suis dit "Flutain, pourvu qu'elle ne me demande pas de lui mettre une couche."
J'ai très vite prié Sainte-Rita pour que ce ne soit pas ça.
Sainte-Rita m'a entendue.
Ce n'était pas une couche que je devais l'aider à mettre. Mais sa culotte. What Else?

Elle avait réussi à passer un pied, mais pas le 2ème.
J'ai regardé tout autour dans l'espoir de trouver une aide-soignante. Mais il n'y avait personne et Sainte-Rita s'était tirée elle aussi.
Et mon mari, lui, il avait bien pris soin de ne pas avancer d'un centimètre et de faire comme s'il ne voyait pas.
Et la dame qui était toujours là avec sa culotte en bas des pieds et qui attendait que je l'aide...



Y'a pas mal de choses qui me sont venues à l'esprit et notamment:
Mais pourquoi bon sang, POURQUOI ça tombe toujours sur moi?
20 fois que ma belle-mère va rendre visite à sa mère à la maison de retraite et vous croyez qu'elle s'est déjà retrouvée dans cette situation? Ben non. La mamie n'attendait sûrement que moi pour se retrouver à oilp.

Et puis je me suis ressaisie. Je ne pouvais pas la laisser sans culotte. Visiblement le personnel était occupé ailleurs, sûrement à accomplir une tâche plus lourde. Je me suis dit que la petite mamie, ben c'était une dame et voilà tout et que j'allais pas faire ma chochotte.

J'ai donc fait comme j'ai pu, sauf que comme la dame ne pouvait pas se lever ça commençait à se corser sévère pour monter la culotte jusqu'en haut et là y'a Sainte-Rita une aide-soignante qui est tombée du ciel et qui a pris le relais. Je lui serai éternellement reconnaissante.

Dans la série "Aggie il t'arrive vraiment n'importe quoi" la prochaine fois je vous raconte comment j'ai fait manger de la viande à une petite végétarienne...

14 commentaires:

  1. j'oscille entre rigolade et horreur... ma grand mère a fini ses jours dans une maison de retraite et s'est littéralement laissée mourir... mais bon, ta façon de décrire "ça" est franchement rigolote !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je suis partie sur le ton de l'humour, parce que bien que glauque, la situation était franchement cocasse!!

      Supprimer
  2. Je suis désolée, mais j'ai ris, j'ai ris... c'est totalement le genre de truc qui m'arrive tout le temps (moi je te raconterai comment j'ai écrit une lettre au président de la république pour des analphabètes...) Je crois qu'on a des têtes de gentilles voilà tout.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui je veux connaître cette histoire 0_0! J'avais déjà repéré que toi aussi tu avais tendance à attirer les situations bizarres. Moi sur ce coup-là c'est aussi la faute de mon mari, c'est lui que la mamie appelait au début!

      Supprimer
  3. J'ai ri mais j'avais pitié aussi... ma pauvre!!! Je ne sais pas ce que j'aurais fait... probablement la même chose que toi ;) Ces endroits sont assez atroces. Ma grand-mère y a terminé sa vie et je me suis toujours dit que je préférerais mourir avant... (mais ça ne se décide pas malheureusement)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est terrible la maison de retraite. Pourtant dans celle-ci il y a plein d'activités, les locaux sont neufs, les enfants de la crèche voisine viennent y prendre leur goûter... Mais c'est sûr que je ne voudrais pas y aller!!

      Supprimer
  4. en fait ce genre d'histoire ça me terrorise ... ça me renvoie à ma future déchéance ... c'est d'une violence incroyable la vieillesse ! j'imagine que si la grd mere de ton homme est en maison de retraire c'est qu'elle n'arrive plus à s'assumer seule mais c'est tellement dur quand on a tte sa tête de se voir mise dans une maison de retraite, ça lui renvoie à elle aussi qu'elle n'est plus capable, trop vieille ! bref je ne dois pas être normal mais moi je ne ris pas ça me fout le cafard à un point ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Désolée de t'avoir mis un coup de cafard Babidji! C'est le fait de me retrouver moi, encore une fois, dans une situation bizarre qui m'amuse, mais pas la vieillesse, ni la situation de ces personnes. Je pense que la déchéance de la vieillesse doit moins m'atteindre que toi. En fait mon frère est lourdement handicapé, il n'a jamais pu profiter de la vie, être libre de faire un choix ne serait-ce qu'une fois. Alors je me dis que certes ces mamies sont loin d'être dans une situation enviable, mais au moins c'est dans l'ordre des choses et elles ont pu faire leur vie, avoir des enfants etc... et ça c'est inestimable.

      Supprimer
  5. Oh ma pauvre ! Mais oui, je suis sûre que ça t'arrive tout le temps, t'as une bouille vers qui on a envie d'aller !

    RépondreSupprimer
  6. J'imagine la scène, c'est à la fois drôle et affreusement triste...
    En tout cas, j'ai hâte de savoir l'histoire de la viande et de la végétarienne ! Quant à moi, j'ai aussi réussi à faire manger un plat dans lequel avait cuit du porc à un musulman !! J'en ri encore quand j'y pense !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est exactement ça: drôle et affreusement triste!
      Oh punaise pas cool pour le coup du porc, comme moi avec le coup de la viande et la petite végétarienne...

      Supprimer
  7. Grand moment de solitude j'imagine !
    Mais quel lâche ton mari sur ce coup quand même ! ;) Remarque, peut-être que la mamie aurait vraiment préféré que ce soit lui qui aille s'occuper de sa petite culotte ! ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, oui il a été très lâche. Effectivement peut-être que la mamie aurait préféré et moi j'aurais bien passé mon tour également!!

      Supprimer