mercredi 29 octobre 2014

Pourquoi même en parlant anglais, les enfants nous foutent la honte? (Enquêtes impossibles)

Il y a quelques temps j’avais mené une enquête impossible pour essayer de comprendre ce que me répétait ma loupiotte. Son « Jean-Claude is inside » voulait en fait dire « George Clooney is inside » (cf.la pub nespresso…). L’art de transformer George Clooney en Jean-Claude.


Depuis qu’elle est au CP (oui mon bébé né il y a quelques mois à peine est en CP) elle a commencé à apprendre un peu l’anglais avec son instituteur. « Hello! what’s your name? Hello! my name is loupiotte » Notez que Dora lui avait déjà permis d’avoir déjà de bonnes bases dans cette langue. Je m’en étais notamment aperçue un jour au supermarché, lorsqu’elle m’a dit « Let’s go à la caisse ! »


La semaine dernière j’avais programmé une escapade familiale à Londres yeeeaaaaaahhhhhhh. L’occasion pour ma loupiotte de mettre ses leçons d’anglais en pratique. L’occasion également de partager son savoir avec sa petite sœur : « Biscotte, quand on sera en Angleterre, tu pourras dire aux gens « hello ! what’s your name ? my name is Biscotte ».


Comme j’ai une Biscotte studieuse, celle-ci a bien écouté sa grande sœur. Comme j’ai une Biscotte qui se mélange un peu les pinceaux dans les mots (pendant longtemps elle a dit « camembert » au lieu de « carambar » et « grimace » au lieu de « limace » ), je me doutais qu’elle allait sortir quelque chose à sa façon.


« hello, macho man ? Am Biscotte »


Voilà. C’est ce que répétait ma fille a tout va.


Son « macho man » était parfaitement compréhensible, puisque sans nous concerter, son papa et moi avons exactement compris ça… J’espère juste que c’était parfaitement compréhensible pour nos oreilles de Français, et que le manque d’accent a fait que les londoniens qui l’ont entendue n’ont compris qu’un charabia…


Je m’interroge donc. Pourquoi quand mes filles baragouine de l’anglais ça ne donne pas un simple charabia inoffensif ?


J’ai donc mené mon enquête (en plus à Londres nous sommes allés à Baker Street sur les traces de Sherlock Holmes, les conditions étaient donc parfaitement favorables à une enquête impossible)


Après mûre réflexion, je pense que tout a été conditionné par ma jeunesse. Les Bronzés font du ski, c’était mon film de chevet (oui je sais ça ne se dit pas). A force de m’éclater à regarder ce film en boucle, Jean-Claude Duss est ancré dans mon esprit et, par répercussion sans doute, dans celui de ma fille. Quand elle entend « George Clooney » elle comprend « Jean-Claude ». Normal donc. Quant au fameux « Macho Man », ça doit dater de l’époque à laquelle j’écumais les dancefloor 3 fois par semaine et que je me déhanchais sur les Village People. C’est resté ancré en moi, jusqu’à en devenir naturel pour ma biscotte. Je ne vois pas d’autre explication…


Et vous votre hypothèse, c’est quoi ? Menez vous aussi vos enquêtes impossibles avec Amélie !

4 commentaires:

  1. En lisant "macho man" j'ai pouffé de rire. Vous avez du vous planquez derrière vos plans de Londres. Les enfants sont merveilleux!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui ils répondent toujours présents pour ces choses-là! D'ailleurs depuis hier, alors qu'elle prononçait bien "Angleterre", elle dit "Glandeterre"...

      Supprimer
  2. Mdr ! Hello Macho Man ! La classe pour briller en société !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui! Et j'imagine demain quand la maîtresse va lui demander comment on dit bonjour en Anglais....

      Supprimer