lundi 22 juin 2015

Le jour où j'ai dévissé la tête d'un gars

C'était lors de mes études.
Ce soir-là nous sommes allées en boîte avec deux copines.
Je portais probablement une tenue affriolante, hein, vu qu'aux dires de certains dévoiler ses genoux c'est vouloir s'attirer les ennuis.
En fait je crois bien que j'étais en pantalon.
Mais peu importe, j'étais en boite de nuit et ça c'est bien suffisant pour prouver que je voulais qu'on me mette la main aux fesses.

Bref.



Vers la fin de la soirée un groupe de gars s'est mis à essayer d'attirer notre attention. Notamment en lançant des trucs vers nous (notez la belle entrée en matière).
Quand on a voulu partir, nous avons dû passer à côté de ce groupe.

C'est là que l'un d'entre eux m'a attrapé le bras et tirée vers lui.

Il a balbutié un truc du genre "han tu t'en vas? reste un peu on va faire connaissance".
Il ne me lâchait pas le bras et il s'adressait à moi les yeux à moitié fermés pour bien me faire comprendre qu'il était bourré.

Je lui ai demandé de me lâcher à plusieurs reprises. Il ne l'a pas fait. Au contraire il me tenait encore plus fermement contre lui. Il faisait comme s'il ne comprenait pas. A chaque fois que je lui disais de me lâcher, il balbutiait un truc et me regardait avec ses yeux mi-clos, comme s'il ne voyait pas où il y avait un problème. C'est vrai quoi, un gars qui te retient par le bras malgré tes demandes de te lâcher et qui se frotte contre toi....toutes les femmes en rêvent, non?

Je commençais à bouillir, j'en avais ras le bol, j'étais fatiguée, je voulais rentrer et il devenait de plus en plus pressant.

Je lui ai redemandé plus fermement. Il m'a mis la main aux fesses, sûrement pour me détendre j'imagine.

Et là avec ma main droite, qui était libre (coup de bol je suis droitière) je lui ai décoché une claque qu'on peut qualifier de magistrale (oui je m'envoie des fleurs).

J'ai fait du tennis et une des leçons que j'avais bien retenue c'était celle où on explique que pour réussir son coup droit il faut chercher son geste bien derrière soi pour prendre le plus de puissance possible.

Bon ben en fait c'est pas une claque qu'il s'est pris, mais un coup droit.

Voilà, comme ça: on va chercher le geste bien derrière


Je revois encore ma main se lever, les doigts bien tendus, mon bras qui se tend bien derrière moi comme à Roland Garros.
J'ai eu l'impression que la scène se passait au ralenti. J'ai vu ma main atterrir sur sa joue et sa tête se dévisser, comme si elle allait faire 360°.

A ce moment-là je n'ai eu qu'une pensée: je l'ai tué. Oui, vraiment. Je me voyais déjà en garde à vue et j'ai flippé.
Mais j'ai vite compris que ce n'était pas le cas.
En tout cas il m'avait lâchée et j'en ai profité pour rejoindre mes amies à quelques mètres de là et leur confirmer que je partais.
J'avais l'impression que la musique s'était arrêtée et que tout le monde me regardait.

Au vestiaire la nana a mis un temps fou à nous donner nos manteaux. Je devenais dingue, je voulais partir de là le plus vite possible.
Et au moment où elle me tendait mon manteau, le gars est arrivé et s'est dirigé vers moi. Je n'en menais pas large. Vraiment pas. Mais il y avait du monde dont un vigile, ça me rassurait un peu.
A mon étonnement il s'est excusé. Il avait les yeux bien grand ouverts et il ne balbutiait plus.

Il a ensuite voulu que je m'excuse à mon tour. Avec aplomb j'ai refusé.
En vrai je me liquéfiai à l’intérieur et avec mes copines on a filé de là.


La boîte était à 2 pas de chez moi, mais mes copines ont refusé que je rentre seule. Sur le parking, alors qu'on s'apprêtait à monter dans la voiture, un gars m'a interpellée "et mademoiselle, mademoiselle, bravo pour la baffe, elle était magistrale (voyez, je ne mens pas) j'ai tout vu et il l'a bien méritée, je crois qu'il s'en souviendra"
Ca m'a fait sourire, mais j'avais encore la trouille, je tremblai comme une feuille et j'étais bien contente que mes copines me ramènent


Pendant quelques temps je me suis demandé si je n'aurais pas dû m'excuser aussi. Peut-être que j'y étais allée trop fort?

Peut-être que finalement il voulait juste amuser ses copains?
Peut-être qu'il s'est pris LA claque que j'aurais dû donner 100 fois à ceux qui, dans la rue, en boîte, n'importe où, font des remarques désobligeantes, se sentent malins de nous mettre mal à l'aise, nous font nous demander si effectivement on ne porte pas une jupe un peu trop courte? Qui m'ont poussée à porter un cycliste sous mes jupes de lycéenne au cas où l'un d'entre eux s'amuserait à la soulever?
Peut-être qu'il avait pris pour tous ceux-là?

Et puis non, il l'avait bien méritée cette claque.
De quel droit me retenait-il contre lui?
De quel droit me serrait-il contre lui?
De quel droit se frottait-il contre moi?

Personne ne doit se comporter de la sorte avec quelqu'un d'autre


Mais ce con avait réussi à semer le doute dans mon esprit.

Je ne l'ai jamais revu. Je n'ai aucune idée de ce qu'il est actuellement. Je me demande une chose: comment réagirait-il si un homme se comportait de la sorte avec sa femme, sa soeur ou sa fille? Est-ce que si elles se défendaient comme moi, il trouverait qu'elles doivent s'excuser? Ou est-ce qu'il aurait juste envie de démolir la tronche du gars en question?

Cette histoire me revient en mémoire, parce qu'en ce moment Rémi Gaillard (que j'aime bien d'habitude) fait un bad buzz avec sa vidéo dont je ne mettrai pas le lien ici.

J'ai juste envie de lui dire une chose: si à un moment donné j'ai eu le doute, je me suis posé la question de savoir si je n'étais pas allée trop loin avec cette claque, c'est parce que pendant longtemps j'ai été baignée dans des images, des idées, notamment à la télé, qu'un gars qui met la main aux fesses d'une femme, c'est pour rigoler ou pour la flatter.

Si j'avais toujours entendu que ce n'est pas normal, j'aurais toujours assumé mon geste. Même si, c'est sûr, j'aurais 1000 fois aimé trouver une autre solution que la violence pour me faire respecter.

Et si les autres filles/ femmes n'avaient pas été conditionnées par ces images elles aussi, peut-être qu'il y aurait plus de connards qui auraient été remis à leur place, parce qu'elles n'auraient pas ce doute qui se répand dans leur tête: est-ce que j'ai fait quelque chose qui a provoqué cette situation? est-ce qu'il s'amuse seulement? est-ce moi qui suis susceptible?

Oui Rémi tu voulais peut-être seulement rigoler, pour sensibiliser à une bonne cause. Mais sache qu'avec ces vidéos tu contribues à conforter des idiots qu'ils ont le droit à plein de choses sur les femmes.

(évidemment je ne mets pas tous les hommes dans le même panier. En boîte sur des dizaines de gars présents, il y en a seulement une poignée qui agit de la sorte... les autres savent ce que respect veut dire).

2 commentaires:

  1. Tu as très bien fait de réagir de le sorte !!!!

    RépondreSupprimer
  2. Tu as eu raison d'agir ainsi! Je pense que j'aurai fait la même chose!

    RépondreSupprimer