jeudi 27 août 2015

Faites ce que je dis, mais pas ce que je fais...

Je suis l'heureuse tata d'un jeune garçon de 15 ans qui entre au lycée (la claque! Quand j'ai connu mon mari, sa soeur n'avait encore pas accouché).
Il est adorable. 
Si, si, c'est possible qu'un ado soit adorable. 
Même si parfois il fait péter un plomb à sa mère.

Il y a quelques mois j'avais demandé à ma belle-soeur dans quel lycée mon neveu irait.
Elle m'avait répondu qu'il serait scolarisé dans le lycée de la commune voisine. C'est dans cet établissement que vont la plupart des élèves du collège où il était, c'est un lycée qui a bonne réputation et c'est près de chez eux. Pas besoin de faire compliqué, c'était acté qu'il irait là-bas.

Et puis mi-juillet, on a appris que notre neveu était inscrit dans un autre lycée.
Au centre ville.
Un lycée privé.

What????

J'ai toujours rêvé de faire ça... Me reste plus qu'à lancer mon chapeau de paille...


Finalement ma belle-soeur et son ex-mari ont décidé de l'inscrire dans un établissement où il serait plus encadré. Parce que même s'il est adorable, même si il a des facilités à l'école, notre cher neveu a besoin de coups de pieds aux fesses pour bosser.
S'il pouvait, il jouerait 20h/24 aux jeux vidéo.
Les 4 heures qui restent ne serviraient pas à dormir, mais à manger.

Bref nous avons eu droit à tout un discours sur les avantages de ce lycée privé.
Comme quoi c'est super, parce que les enfants sont plus encadrés, qu'ils travaillent plus, qu'il y a des heures de soutien. 
Et d'ailleurs même, preuve ultime de la qualité de cet établissement, la rentrée se fait une semaine avant, pour que les élèves se remettent dans le bain avant d'affronter le vrai programme.

Soit.

J'ai toujours été scolarisée dans le public, mes filles aussi, mais je n'ai rien contre le privé, chacun fait comme bon lui semble et les raisons de leur choix sont tout à fait louables.

(C'est surtout beau-papa, défenseur de l'école publique et laïque, qui a eu du mal à encaisser la nouvelle.)


Une petite remise à niveau?


Et puis au début de cette semaine on a appelé ma belle-soeur pour savoir comment s'était passée la rentrée de notre neveu.
"Ah mais il n'a pas encore repris l'école" nous a-t-elle dit.
"Il reprend quand?"
"Le 1er septembre"
"Mais on croyait qu'il retournait en cours une semaine avant la rentrée officielle"
"Ah mais oui... mais non.... normalement il devrait être au lycée depuis lundi, mais finalement il prolonge ses vacances à la mer avec son père, il revient à la maison seulement samedi 29, alors il zappe la semaine de remise à niveau".

Ah ben ça commence bien....

Il n'a pas encore mis un pied dans ce lycée qu'ils font déjà le contraire de ce pourquoi ils ont choisi cet établissement...

2 commentaires:

  1. Halala et ben dis donc....
    Bon courage à cet enfant car même grand, il a besoin de stabilité, de règles et de vivre en société donc de faire aussi parfois comme les autres même si je pense qu'il apprendra plus à la mer que en classe.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Disons que ça serait bien de lui montrer que quand on s'engage dans quelque chose on essaie de s'y conformer. Là au niveau cohérence, ça part mal, mais bon je lui fais confiance ;-)

      Supprimer