mardi 29 septembre 2015

Bad Buzz

Hier vous avez peut-être suivi l'affaire sur les réseaux sociaux.
Une ONG (je ne sais pas laquelle), qui milite contre l'esclavage, a créé un véritable "bad buzz" (bouse comme dirait mon ancien collègue, qui avait beaucoup de mal avec les mots anglais).

Cette ONG a proposé à des blogueurs de rédiger des billets sponsorisés (c'est-à-dire rémunérés) pour s'indigner contre un faux blog créé de toutes pièces par cette ONG.

Le faux blog faisait croire qu'une mère avait décidé de déscolariser sa fille de 8 ans pour lui apprendre à être une bonne épouse. C'est-à-dire savoir bien repasser les chemises de son mari, faire des ourlets, balayer comme il faut,....
Sur le blog la "maman" racontait par exemple comment le jour-même elle avait fait plier le linge 10 fois de suite à sa fille pour que ce soit impeccable... La leçon du lendemain était de savoir faire la poussière. Chaque article était agrémenté de photos de l'enfant plumeau à la main, ou en train de passer l'aspirateur.


Source


Et donc hier ont commencé à fleurir, sur des tas de blogs (notamment chez les blogueurs (ses) famille) des billets s'indignant sur les pratiques de cette "maman" et renvoyant des liens vers le blog en question.

Sauf que certains lecteurs ont vite découvert qu'il s'agissait d'un fake. Notamment parce qu'il y avait des choses qui sonnaient faux dans ce blog.

Voyant la tournure que prenaient les choses, l'agence de com à l'origine de ce projet douteux a fait machine arrière.

Les blogueurs qui avaient rédigé des articles sponsos sur le sujet ont vite avoué qu'effectivement c'était un faux-blog et qu'ils avaient été payé pour le dénoncer.
Le but était de sensibiliser le public sur l'esclavage des enfants, avant le 11 octobre, journée internationale de la fille.

Alors il y a plusieurs choses qui me chagrinent:

* Pourquoi mentir?
Oui parce que ce blog et tous les articles qui en ont découlé sont de gros mensonges. Mentir pour sensibiliser a l'effet inverse: ça enlève la crédibilité. Et puis c'est aussi l'histoire de l'enfant qui criait au loup. Le risque est qu'une prochaine fois, on ne prête pas attention à quelque chose de vrai, pensant qu'il s'agit une nouvelle fois d'un fake.
De plus je lis le blog de quelques mamans qui ont relayé cette campagne, et ce sont souvent des gens qui disent clairement (et ils ont raison) qu'il ne faut pas mentir aux enfants. Que le mensonge biaise la confiance et n'apporte rien de positif. ( à les lire j'ai même douté d'avoir parlé du Père Noël à mes filles). Pourquoi n'appliquent-elles pas cette règle dans ce cas précis?

                                                 *****

* On n'attend pas d'une agence de com, ou de blogueurs qui se "professionnalisent" qu'ils jouent dans la même cour que les "trolls".
Oui vous savez ces internautes anonymes qui balancent n'importe quoi en commentaire sur les réseaux sociaux pour créer une polémique. Il y en a bien assez comme ça, le tri n'est pas facile, pas la peine d'en ajouter.

                                                 *****

* L'effet boule de neige, mais pas en sens inverse.
Un blogueur dénonce le faux-blog, son article est partagé sur FB par un lecteur outré, les amis de ce lecteur sont outrés également et le partagent à leur tour, etc.... OK ça aura touché beaucoup de personnes et c'est le but. Mais ensuite? Est-ce que toutes ces personnes vont être au courant que finalement c'était un fake? Pas sûre que le partage en sens inverse se fasse de la même façon. Et si les gens ne cherchent pas à en savoir plus, ça va rester dans un coin de leur tête. Et dans 5 ans on entendra encore à un apéro entre amis "mais si il y a un blog où la maman raconte comment elle fait de sa fille une véritable petite femme d'intérieur, attends faut que je le retrouve" "laisse tomber c'était un fake" "mais non c'est vrai je te dis, le voisin de la cousine de mon coiffeur avait sa fille qui était scolarisée avec cette petite".
Comme Clitorine, quoi.

                                                 *****

*Un billet sponso doit être mentionné. C'est la loi.
Oui quand on est payé pour rédiger un article, cela doit être mentionné CLAIREMENT, pour que le lecteur le sache. Or là, ce n'était pas le cas.
Et pourtant certains des blogueurs ayant participé à cette campagne sont hyper à cheval là-dessus et n'hésitent pas ( et ils ont tout  fait raison) de sortir cette loi à des blogueurs qui hésitent parfois à intégrer cette mention dans leur article, sous la pression de marques qui demandent expressément de ne pas indiquer qu'il s'agit d'un billet sponso.
Alors pourquoi ici déroger à cette règle? "Pour le teasing" nous répond-on "et puis ça devait être mentionné dans le prochain article, où on expliquait la lutte de cette ONG".

Aaaaaah ouiiiii!!! 

Donc imaginons que Castorama me demande d'écrire deux articles sponsorisés (ça serait la moindre des choses, hein, vu que j'y dépense chaque mois une bonne partie de mon salaire) (d'ailleurs faut que j'aille acheter de la faïence). Si Casto me dit " le 1er billet c'est un teasing, MAIS faut pas que les gens le sachent, alors t'écris pas que c'est sponsorisé, tu l'indiqueras dans le second" alors j'ai le droit? 

NON. 

Ben là c'est pareil.
Peu importe le contenu de l'article. Si c'est pour une bonne cause ou non. Le lecteur a le droit de savoir que c'est sponsorisé.

                                                   *****

*Parce que des lecteurs n'ont pas vu le fake venir (oui je sais c'était le but)
Et que certains ont passé du temps à chercher des renseignements sur cette maman pour la signaler.

                                                   *****

*Et justement, est-ce que ça n'a pas nui à PHAROS?
La plateforme gouvernementale de signalement sur les contenus et comportements illicites?
Peut-être que plusieurs personnes y ont signalé ce faux-blog. Donnant du travail pour rien aux agents de PHAROS.



Enfin bref, une bonne campagne de M.... pour un sujet on ne peut plus sérieux.
C'est très dommage.
Pour la cause en question.
Pour les lecteurs qui ont eu l'impression d'être bernés.
Pour les blogueurs qui ont relayé cette campagne et qui se sont fait parfois insulter.

Bref beaucoup de dommages collatéraux pour un mauvais buzz...

1 commentaire: