lundi 31 octobre 2011

Plaignez-moi

Mon footballeur de mari s'est fait un claquage, hier, pendant un match. Je sens qu'on va encore avoir une discussion hautement intéressante.



Depuis il reste couché.
Quand il se lève, il traîne la patte.
Il marmonne des choses bizarres du style "tes parents, ils n'auraient pas une paire de béquilles qui traîne chez eux?"
Il murmure aussi des trucs du genre "il fait le pont, le toubib aujourd'hui?", parce qu'évidemment je connais l'emploi du temps de Viggooooo par coeur.

Et dès que je refais des glaçons ils se retrouvent systématiquement appliqués sur son mollet (faut pas venir boire l'apéro chez nous aujourd'hui).

Je sais pas pourquoi, je sens que j'aurais mieux fait d'aller bosser ...

Petit rappel: A celles qui veulent participer à la fierté du mois, n'oubliez pas de m'envoyer vos contributions ou le lien vers votre blog, que je fasse un résumé! Merci.

mardi 25 octobre 2011

Gâteau aux cacahuètes selon la loupiotte (et vahiné)

???
"maman?"
"oui ma loupiotte?"
"cacahuète!"
nouvelle lubie???
"maman?!!"
"oui?"
"on va faire un gâteau aux cacahuètes"
"euh.... oui, si tu veux... tu connais la recette?"
"oui, il faut.... des oeufs!"
"combien?"
"1,2,3,4,5,6,7,8,9"
"9?!"
"ben oui!"
"il faut quoi d'autre?"
"un tout petit petit petit peu de lait, de la farine, on mélange et on met au four! Hummmm c'est bon"
Comme je ne peux rien refuser à ma loupiotte, voici donc une des dernières recettes que nous avons faites....
J'avoue que je n'ai pas suivi à la lettre les recommandations de ma loupiotte.
J'ai quand même cherché une recette et comme je suis généreuse je vous la livre:
250g de farine/ 120g de sucre/ 150g de beurre/ 100g de chocolat noir pâtissier/ 2 oeufs (9 c'était un peu trop)/ 1cc de levure/ 1 sachet de sucre vanillé/ des cacahuètes (forcément) ou des amandes ou des noisettes ou des noix/ 1 goutte d'arôme de vanille.
Mettez votre tablier et votre toque (imaginaire dans notre cas, mais la loupiotte y tenait)
Préchauffez votre four à 180°
Mélangez le tout SAUF les cacahuètes. (Mixez les, d'ailleurs celles-là, ou concassez-les, c'est comme vous préférez).
Ajoutez les à la pâte.
Recouvrez une plaque de papier cuisson.
Faites des petits tas espacés.
Faites cuire une douzaine de minutes.
Et bien je dois avouer que ma loupiotte a eu une bonne idée, nous nous sommes régalés! Nous avons également fait des variantes avec des noisettes.
Et qui c'est qui m'a aidée à trouver les ingrédients dont j'avais besoin? Vahiné!
Vous connaissez tous Vahiné, je présume?
C'est le spécialiste des accessoires et ingrédients qui permettent de confectionner de bons et de beaux desserts faits maison!
Je suis certaine que vous avez tous eu au moins une fois, en Décor gâteau anniversaire, des bougies de cette marque. (vous avez vu celles-ci comme elles sont belles avec ces flammes colorées?).
Vahiné ne se contente donc pas de proposer des décors pour réaliser des Gâteau anniversaire original , Vahiné propose également d'alléchantes recettes desserts .
Et notamment des Recette gâteau anniversaire enfant .

Pour en revenir à mon cas, j'ai trouvé les noisettes, le sucre vanillé (100% naturel!) et l'arôme de vanille, dans mon supermarché, regroupés sur le meuble de présentation Vahiné. Très pratique d'avoir tout à portée de main plutôt que de courir les rayons (surtout, comme c'était mon cas à l'époque, on est sur le point d'accoucher)! En effet ce stand propose les 3 catégories de produits Vahiné: ce qu'il faut pour créer, pour préparer et pour décorer! De quoi donner plein d'idées pour faire de belles pâtisseries!
Et vous, vos enfants aussi vous forcent à innover en cuisine?

/article sponsorisé/

La place du deuxième enfant

Il existe entre la loupiotte, mon mari et moi une complicité incroyable.
Moi qui ne suis pas du genre à gagatiser devant les enfants (non, vraiment pas) et qui me demandais si j’aurai l’instinct maternel, je suis complètement dingue de ma loupiotte. Il en est de même pour mon homme, qui s’avère être un vrai papa poule.

Bien sûr avant sa naissance je me projetais, j’imaginais notre vie de famille avec des rires, des jeux et beaucoup de tendresse, mais je ne m’attendais pas à ça. Pas autant.
Lui comme moi n’avons pas ressenti cet amour immédiat envers elle, mais nous avons reçu, ensuite, une sacrée claque. L’amour inconditionnel a pris toute sa signification. La loupiotte fait partie de nous et de notre vie comme s’il en avait toujours été ainsi, comme si les 30 années où elle n’était pas là devenaient quelque peu irréelles.
Depuis ses premiers mois, au moment de nous coucher nous faisons le bilan de sa journée, nous remémorant ses progrès, ses bons mots, ses fous rires et nous en arrivons toujours à la même conclusion : elle est parfaite. Je vous promets pourtant que nous essayons de rester objectifs !


Aussi j’ai appréhendé l’arrivée du prochain enfant. Alors qu’il était tant désiré, je me demandais si nous serions seulement capables de lui accorder toute la place qu’il mérite. Notre trio allait-il pouvoir évoluer et devenir un quatuor dans lequel chacun aurait autant d’importance ? Arriverions-nous à l’aimer autant que sa grande sœur ?

J’avoue que j’espérais très fortement que ce bébé soit un petit garçon. Je me disais qu’ainsi, la comparaison se ferait moins facilement. Que s’il était moins doué ou plus difficile, nous aurions la solution de facilité de mettre ça sur le compte de la différence de sexe et que s’il était moins beau, personne ne ferait de remarque. Qu'il serait sans doute plus aisé de lui trouver une place parmi nous.

Quand j’ai su que nous attendions une petite fille, je me suis inquiétée pour elle. J’ai eu peur qu’elle grandisse dans l’ombre de cette grande sœur si espiègle, si joyeuse, si jolie, si présente et qui avait placé, d'après nous, le niveau tellement haut… Cette grande sœur qui nous comble de bonheur.

J’ai eu peur de considérer ce bébé comme un second rôle, sachant qu’elle n’aurait même pas l’avantage de nous faire découvrir ce qu’est la maternité ou la vie avec un enfant, puisque nous connaissions déjà tout ça grâce à la loupiotte. J’ai eu peur également d’en arriver à la façonner selon le modèle de la loupiotte au lieu de la laisser s'épanouir. J’ai craint aussi de ne pas être aussi patiente que nécessaire si jamais elle ne faisait pas ses nuits aussi rapidement que l’aînée, ou si elle montrait des difficultés pour quoi que ce soit, tout ayant toujours été plutôt simple avec la loupiotte.

Pendant ma grossesse j’ai eu l’occasion de participer à une réunion ayant pour thème l’arrivée d’un 2ème enfant. Les autres mamans et moi attendions toutes un bébé du même sexe que le 1er et nous avions toutes exactement le même ressenti et les mêmes craintes. J’ai alors réalisé qu’il était très courant de se poser toutes ces questions et ça m’a réconfortée.

Et puis la biscotte est née. Et je ne sais pas par quel miracle, sans qu’on s’aperçoive de quoi que ce soit, en un rien de temps, elle s’est rendue complètement indispensable à notre bonheur. Nous sommes tous les trois absolument fous d’elle. Tous mes questionnements ont disparu face à l’évidence de sa présence. Je ne peux pas dire si nous l’aimons différemment, la seule certitude est que nous l’aimons autant. Je n’ai pas d’explication à ça, c’est irrationnel. Alors qu’il y a encore quelques mois elle n’était pas là, je ne peux plus imaginer notre famille sans elle. Je ne sais pas si c’est grâce à son sourire constant, à sa bouille adorable, à sa sérénité, à autre chose ou à tout à la fois, mais nous sommes conquis par ce petit bout de chou dont la simple évocation m’envahit d’amour et de tendresse. Cette petite puce qui, certes, ne me fait pas découvrir ce que c’est d’être maman, mais ce que c’est d’être maman de 2 enfants et qui a trouvé, sans aucun souci, sa place au sein de cette famille.

Et pour vous, comment ça s'est passé? Comment voyez-vous l'arrivée d'un 2ème bébé?

***
La fin du mois d'octobre approche! Si vous souhaitez vous joindre à moi pour partager votre fierté du mois, envoyez-moi le lien de l'article que vous aurez écrit sur votre blog (ou donnez-le en commentaire) ou bien envoyez-moi votre contribution par mail, avant lundi prochain. Je compilerai le tout. (Si vous le souhaitez, vous pouvez copier le logo qui est dans la colonne de droite). Je compte sur vous!!

jeudi 20 octobre 2011

"Pour bébé" (avec un cadeau à gagner)

Quand on prépare l'arrivée de bébé, on a vite fait d'être perdu au milieu de tous les articles de puericulture (c'est d'ailleurs écrit dans l'objet de ce blog). Il en existe tellement qu'on craint parfois d'oublier l'essentiel.

De plus il est préférable d'être un brin organisée parce qu'il faut prévoir ce dont on aura besoin à la maison, mais également ce qu'il faut emporter à la maternité pour bébé ET pour nous-même.

Si comme moi vous êtes une adepte des listes, mais que vous en avez assez de placarder  des post-it à tout va sur votre frigo pour être sûre d'être fin prête le moment venu,
Ou si vous n'êtes pas du tout organisée,
Ou si vous êtes morte de trouille à l'idée d'arrivée à la mat en ayant oublié la moitié de ce que vous deviez apporter,
Ou si vous n'avez tout simplement pas envie de passer votre temps à glaner ci et là les infos nécessaires à chacune de ces étapes,

Vanessa a la solution pour vous!

Elle a créé une application iPhone "pour bébé" qui fait l'inventaire de tout ce qui est nécessaire pour préparer l'arrivée de notre progéniture. On peut dire qu'elle s'est mise en 4 pour qu'on s'y retrouve, puisqu'elle a établi des listes pour chaque étape (à la maison, à la maternité, dans la salle d'accouchement) et chaque situation (pour le repas, le bain,...). C'est ce qu'on appelle mâcher le travail!

http://www.pour-bebe.blogspot.com/

De plus l'application, qui sera bientôt disponible en version anglaise, permet de checker au fur et à mesure et de savoir exactement ce qu'il nous manque.

Bref une application très utile et bien faite, qui permet de ne pas (trop) paniquer, notamment quand on doit finir sa valise en pleine nuit (comment ça, ça sent le vécu?).

Aussi c'est avec plaisir que je vous annonce que Vanessa offre cette application à 5 d'entre vous.

Pour faire partie des heureux(ses) élu(e)s, rien de plus simple, il vous suffit d'écrire un commentaire sous cet article et de vous engager, si vous gagnez, à écrire un commentaire sur cette application sur l'apple store. Les 5 premières seront servies!

mercredi 19 octobre 2011

Massage chinois (bavardages de nanas)

Il y a quelques années nous avons effectué un court séjour dans le coin de Pekin.

C’était un voyage organisé et on était un peu frustrés : on quittait l’hôtel à 8h pour y revenir à 21h et pendant tout ce temps-là on se déplaçait en groupe, on mangeait en groupe, on râlait en groupe. Bref, on n’avait pas de temps  pour  voir ce qu’on voulait.
Il y a juste le soir qu’on parvenait à visiter un peu le coin par nous-mêmes et à entrer en contact avec des Chinois.

Et puis un soir nous avons repéré une enseigne indiquant des mots « massage » « body » « feet ». L’immeuble était un peu glauque, les horaires indiquaient que c’était ouvert de 22h à 4h, et il y avait un tas de trucs incompréhensibles car écrits en chinois. Mais c’est pas ça qui allait nous arrêter. On avait drôlement envie d’y aller.

Nous sommes retournés à l’hôtel prévenir Gisèle et Monique, les mamies avec qui  nous avions sympathisé, qu’on avait trouvé un institut de massage. Super emballée Gisèle est venue avec nous. Sa sœur avait moyen envie. Elle a donc préféré rester à l’hôtel tout en  rigolant « et pis comme ça s’il vous arrive quelque chose, je pourrais appeler la police ».

Nous sommes donc partis tous les 3 vers l’immeuble glauque. Là comme si ce n’était déjà pas assez lugubre comme ça, on s’est rendu compte que c’était au sous-sol que ça se passait et qu’on y accédait par un escalier encore plus flippant que l’immeuble lui-même. Mais faut pas croire, on est des routards nous, c’est pas ça qui nous fait reculer !

En bas, nous avons poussé une porte toute sale qui s’est ouverte…. sur un hall tout clean ! où nous attendait une bande de jeunes Chinois souriants. (ouf !) (oui je suis une routarde mais ça ne m’empêche pas d’avoir un peu les chocottes).

On leur a parlé. Ils n’ont rien compris, mais à grand renfort de mimes et d’onomatopées on a réussi à communiquer. Pis de toutes façons ils devaient bien se douter qu’on venait pour un massage.

Après avoir échangé plein de « OK » « Ah OK » « Sié sié OK » un gars a pris son téléphone et 3 nanas en jogging rose ont débarqué.
Elles nous ont emmenés dans un long couloir et la 1ère est partie avec mon homme dans une salle tout au fond à gauche. Là 2ème avec Gisèle à l’opposé et la 3ème m’a fait entrer dans une salle au milieu du couloir.

Quand elle a ouvert cette porte j’ai failli m’évanouir et partir en courant (oui les 2). La pièce était encore plus glauque que tout le reste (à se demander ce que le hall tout clean foutait là). Mais alors un glauque inimaginable. Un vieux papier peint vert tout défraîchi. Un soupirail tout petit, agrémenté d’un rideau tout délavé. Un sol où j’osais pas trop mettre mes pieds, encore dans leurs chaussures, tant il avait l’air crado. Et pour seuls meubles un vieux fauteuil en tissu et un lit métallique à barreaux.

Mais pas seulement des barreaux en tête et pied de lit.
Des barreaux aussi AU-DESSUS du lit.
Une sorte de cage, quoi.

Là je me suis sentie moyen à l’aise. Non mais sérieusement qu’est-ce qu’il foutait là ce lit avec des barreaux partout ?
Pendant que je tergiversais « barre-toi d’ici tout de suite »/ « sois pas idiote, il ne va rien t’arriver de louche », la nana m’a apporté une sorte de vieux pyjama gris.
J’étais encore moins à l’aise. D’un coup je me suis vue comme une prisonnière de guantanamo, mais en version grise.
Puis elle a tourné le verrou de la porte.
Coup de stress. Gisèle et moi on allait finir dans un réseau de traite des blanches, c’était sûr, et mon homme au fond d’un caniveau.
Elle me fit comprendre que je devais mettre ce pyjama et quitta la pièce. J’ai eu une énorme envie d’en profiter pour me faire la malle, mais bloquée dans mes hésitations, je me suis résignée à rester là et à enfiler le pyjama.

Puis ma geôlière est revenue avec un sac plastique, pour m’étouffer probablement, a fermé à nouveau le verrou, et m’a demandé de m’allonger sur le lit tout miteux A BARREAUX.
Pendant que 1000 questions se bousculaient dans ma tête, elle s’est assise sur le vieux fauteuil et a sorti quelque chose du sac. Je ne voyais pas bien ce que c’était, mais c’était forcément un truc pour me faire du mal. Elle s’est approchée de moi pour me montrer ce qu’elle avait dans les mains : une paire de bas. Voilà c’était ça, elle allait m’étrangler avec une paire de bas. Là je me suis dit que c’était vraiment bête de finir ainsi. Et puis je ne sais pas pourquoi elle me montrait leur carton d’emballage avec insistance, comme pour me signifier qu’ils étaient neufs. J’avais envie d’hurler que propres ou sales je m’en fichais, du moment que je ne souffre pas trop longtemps. Puis elle est repartie s’asseoir pour mettre les bas.

Là j’étais perdue, elle allait m’étrangler avec ses pieds, mais elles ne voulaient pas laisser d’empreintes. C’était ça ?? Je m’en voulais d’être tombée dans un tel guet-apens. Pourtant un immeuble glauque et un institut ouvert seulement pendant la nuit, ça aurait dû nous mettre la puce à l’oreille, non ?. J’avais quand même le petit espoir que Monique alerte les autorités et qu’on nous retrouve à temps.
C’est alors qu’elle s’est levée, s’est approchée du lit et est montée dessus DEBOUT, s’agrippant aux barreaux.

????

Elle était là, debout au-dessus de moi, sous mes yeux à la fois ébahis et plein d’effroi. Et elle a commencé à me marcher dessus.

C’est là que j’ai compris. J’ai compris pourquoi il y avait des barreaux au-dessus du lit. Pourquoi elle avait tant insisté pour que je comprenne que les bas étaient neufs. Et pourquoi il y avait plein de dessins de pieds sur l’enseigne et dans le hall tout clean.
C’est parce qu’elle allait me masser avec ses pieds !

J’ai alors éclaté de rire. De soulagement, de la cocasserie de la situation, mais aussi parce que je me sentais ridicule d’avoir imaginé tout ça. Elle a ri aussi.

A la fin de la séance, j'ai retrouvé Giséle et mon homme, dans le hall tout clean. On s'est regardé sans parler et nous sommes partis tous les 3 dans un mémorable fou-rire. Tellement communicatif que la bande de jeune chinois en a fait autant.

Au cours de ce voyage nous avons eu la chance de parcourir la grande muraille et de visiter la Cité Interdite, mais c'est ce souvenir-là qui m'est le plus cher!


C'était ma contribution aux bavardages de nanas de cette semaine.

mardi 18 octobre 2011

Lit de grande

Mon mari a réussi à me convaincre "Ecoute Aggie, ça ne fonctionne pas comme les pieds des Chinoises: c'est pas parce qu'elle continue à dormir dans un petit lit que la loupiotte restera petite".

C'est vrai qu'elle a quand même 3 ans et que bientôt elle va dépasser de son lit de tous les côtés. Alors après avoir tergiversé encore et encore, je me suis résolue à lui commander un GRAND lit (ouhlala).

Enfin bon, j'ai quand même choisi un lit évolutif, histoire qu'elle (moi?) ait bien le temps de s'y adapter (et puis surtout de garder un peu de place dans la chambre pour pouvoir y installer la biscotte dès qu'elle aura décidé de faire ENFIN ses nuits (hein ma biscotte, tu l'entends ce message subtilement subliminal???)).

Donc voilà ce qui va arriver chez nous (mais pas dans cette couleur) d'ici pas trop longtemps:

Vert Baudet

Avez-vous également choisi un lit évolutif pour vos GRANDS enfants? Vous en êtes satisfaites? (Dîtes-moi oui, maintenant que j'ai commandé celui-ci!)

samedi 15 octobre 2011

I miss you, England! [samedi mode]

I love England!

Que dis-je? I looooooooooooove England!

Et ça fait pfffffffff longtemps, trop longtemps que je n'y ai pas mis les pieds.

Alors en craquant sur ce sac, j'en profite un peu quand même:



Une besace dans laquelle je peux caser un nombre incalculable de choses totalement inutiles. Bref j'adore!

mercredi 12 octobre 2011

Mon beau-père m'a fait un cadeau (Bavardages de nanas)

La semaine dernière mon beau-père m'a fait un cadeau.

Si vous connaissiez le personnage, vous sauriez que la phrase que je viens d'écrire est exceptionnelle, incroyable, stupéfiante.

Parce qu'il est pour ainsi dire, plutôt du genre bourru, et que ce n'est pas son style de s'encombrer avec des concepts aussi surfaits que "égard" "attention" "délicatesse". En 40 ans de mariage je crois que ma belle-mère n'a jamais reçu de bouquet de fleurs, ni d'autres cadeaux d'ailleurs... ("ben achète-toi ce que tu veux" c'est ce qu'il lui dit quand elle lui reproche de ne rien lui offrir).

Voyez le genre, quoi.

Aussi quand en plein débat interfamilial sur les primaires socialistes, il s'est levé en disant "Au fait Aggie, j'ai un truc pour toi", je suis restée coite.

Il m'a tendu ça:


Un joli petit bracelet réalisé dans le cadre d'Octobre Rose.

Alors oui je sais, ce n'est pas un vrai cadeau dans le sens où il ne s'est pas dit "Tiens je vais offrir un petit quelque chose à ma plus que formidable belle-fille", qu'il ne s'est pas creusé la tête à savoir ce qui me ferait plaisir. MAIS qu'il ait eu une petite pensée pour moi avec ce bracelet (je ne sais même pas s'il l'a acheté ou eu quelque part), ça me fait très plaisir.

Et ça tombe pile pour le bavardage de nanas, de maman bavarde, dont le sujet cette semaine est Octobre Rose. Octobre... un mois particulier pour nous sensibiliser, toutes, au dépistage du cancer du sein. Un acte à prendre au sérieux, car n'oublions pas que le dépistage précoce permet non seulement d'augmenter les chances de guérison, mais aussi de permettre un traitement beaucoup moins agressif.

Et vous, votre beau-père, il vous fait des cadeaux?


lundi 10 octobre 2011

Un petit coup de blues, Aggie?




Mouif...

Bon ben voilà on y est, faut bien y aller.
Retour au bureau ce matin, pour moi.
Début en crèche pour ma biscotte.

Je ne sais même plus me servir d'une souris si ça se trouve. Et j'ai peut-être même oublié le mot de passe de mon PC. Tiens d'ailleurs il est où celui-là?

Et puis comment je vais faire? J'ai plus l'habitude, moi, d'avoir l'usage de mes deux bras en même temps.

Et puis je n'ai plus l'habitude de faire des phrases non ponctuées d'onomatopées. Hein?..... ahhhhhhh, areuh areuh, hiiiiiii.

Nan mais ça va pas être possible... j'ai encore trop besoin d'elle, elle a encore trop besoin de moi.

Vous ne m'en voudrez pas, si je vais me rouler en boule, juste 5 minutes, là, avec ma biscotte?

mercredi 5 octobre 2011

La fierté du mois

Parce que je trouve :
qu’on ne s’auto-congratule pas assez,
que nous ne remarquons pas suffisamment toutes ces petites choses que nous réussissons,
que nous avons tou(te)s plutôt tendance à considérer celles-ci comme ordinaires, alors même que nous donnons de l’importance à nos échecs,
que faire de temps en temps le bilan de ce que nous accomplissons, ça remonte le moral,

j’ai eu l’idée de créer cette nouvelle rubrique : la fierté du mois.

Une fois par mois je vous propose donc de raconter une de vos petites fiertés, aussi minime vous parait-elle.

Vous avez décroché une promotion ?
Vous avez réalisé une recette du dernier « ELLE à table », alors que vous n’êtes pas capable de séparer le blanc des jaunes d'oeufs?
Vous avez réussi à nager 50 mètres sans boire la tasse ?
Vous avez fini la déco de la chambre de votre futur bébé, et en plus c’est même pas gnangnan ?
Vous avez changé, toute seule, une roue de votre voiture?
Vous avez fini de repasser tout le tas de linge qui attendait désespérément qu’on s’occupe de lui depuis l’hiver dernier ?
Vous avez largué l'abruti(e) qui vous empoisonnait la vie depuis des semaines ?
Vous avez réussi à vous épiler les sourcils sans jurer comme un charretier et/ou sans pleurer ?
Vous avez réussi à faire avaler des épinards à votre petit dernier ?

Peu importe, venez mettre en lumière votre dernière réussite, votre petite ou grande victoire sur vous-même/ sur les autres/ sur vos deux mains gauches…

Pour cela, laissez-moi sous cet article ou par mail, un lien vers le billet que vous aurez écrit sur votre blog (il peut s’agir également d’une photo (agrémentée d’une légende, histoire que je comprenne bien de quoi il s’agit))  Si vous n’avez pas de blog, envoyez-moi votre réussite par mail. A chaque fin de mois je compilerai nos contributions.

Alors vous êtes partantes?


mardi 4 octobre 2011

Donner des fleurs

                        
Les hortensias me rappellent le jardin de mes grands-parents.
Le muguet, nos promenades dans les bois.
Les roses roses, le premier rendez-vous avec celui qui allait devenir mon mari.
Le mimosa, nos premières vacances.
Les lys blancs et les roses blanches, les fleurs de notre mariage.
Les roses rouges, le bouquet qui m'attendait à mon retour de la maternité pour la naissance de la loupiotte ET le bouquet reçu la veille de l'arrivée de notre biscotte.

A leur vue, à leur odeur, ou à leur simple évocation toutes ces fleurs me ramènent à de jolis moments. Pour moi donner des fleurs, c'est surtout donner des souvenirs. Elles représentent mes petites madeleines. A chaque visite chez mes parents, notre loupiotte court admirer leurs belles roses trémières, aussi j'imagine que plus tard elles lui rappelleront une part de son enfance.

Et pour vous, que signifie Donner des fleurs? Donner envie? Donner de l'espoir? Donner de soi?

Du 1er au 9 octobre Effet Fleurs, l'Office Hollandais des fleurs (qui est chargé de la promotion de la filière de l'horticulture ornementale des Pays-Bas) et Val'Hor organisent un concours et vous invitent à répondre à cette question, sur http://donnerdesfleurs.fr , le premier site communautaire qui réunit tout ce qu'on peut donner à travers un bouquet.



A cette occasion, vous pouvez gagner chaque jour, 1 an de fleurs ! Pour cela il vous suffit de poster sur ce site une photo ainsi que le message reprenant ce que "donner des fleurs" évoque pour vous. Soyez créatifs, inventifs, sincères et peut-être que vous aurez la chance d'avoir une maison fleurie à longueur d'année!

/Article sponsorisé/