mardi 29 septembre 2015

Bad Buzz

Hier vous avez peut-être suivi l'affaire sur les réseaux sociaux.
Une ONG (je ne sais pas laquelle), qui milite contre l'esclavage, a créé un véritable "bad buzz" (bouse comme dirait mon ancien collègue, qui avait beaucoup de mal avec les mots anglais).

Cette ONG a proposé à des blogueurs de rédiger des billets sponsorisés (c'est-à-dire rémunérés) pour s'indigner contre un faux blog créé de toutes pièces par cette ONG.

Le faux blog faisait croire qu'une mère avait décidé de déscolariser sa fille de 8 ans pour lui apprendre à être une bonne épouse. C'est-à-dire savoir bien repasser les chemises de son mari, faire des ourlets, balayer comme il faut,....
Sur le blog la "maman" racontait par exemple comment le jour-même elle avait fait plier le linge 10 fois de suite à sa fille pour que ce soit impeccable... La leçon du lendemain était de savoir faire la poussière. Chaque article était agrémenté de photos de l'enfant plumeau à la main, ou en train de passer l'aspirateur.


Source


Et donc hier ont commencé à fleurir, sur des tas de blogs (notamment chez les blogueurs (ses) famille) des billets s'indignant sur les pratiques de cette "maman" et renvoyant des liens vers le blog en question.

Sauf que certains lecteurs ont vite découvert qu'il s'agissait d'un fake. Notamment parce qu'il y avait des choses qui sonnaient faux dans ce blog.

Voyant la tournure que prenaient les choses, l'agence de com à l'origine de ce projet douteux a fait machine arrière.

Les blogueurs qui avaient rédigé des articles sponsos sur le sujet ont vite avoué qu'effectivement c'était un faux-blog et qu'ils avaient été payé pour le dénoncer.
Le but était de sensibiliser le public sur l'esclavage des enfants, avant le 11 octobre, journée internationale de la fille.

Alors il y a plusieurs choses qui me chagrinent:

* Pourquoi mentir?
Oui parce que ce blog et tous les articles qui en ont découlé sont de gros mensonges. Mentir pour sensibiliser a l'effet inverse: ça enlève la crédibilité. Et puis c'est aussi l'histoire de l'enfant qui criait au loup. Le risque est qu'une prochaine fois, on ne prête pas attention à quelque chose de vrai, pensant qu'il s'agit une nouvelle fois d'un fake.
De plus je lis le blog de quelques mamans qui ont relayé cette campagne, et ce sont souvent des gens qui disent clairement (et ils ont raison) qu'il ne faut pas mentir aux enfants. Que le mensonge biaise la confiance et n'apporte rien de positif. ( à les lire j'ai même douté d'avoir parlé du Père Noël à mes filles). Pourquoi n'appliquent-elles pas cette règle dans ce cas précis?

                                                 *****

* On n'attend pas d'une agence de com, ou de blogueurs qui se "professionnalisent" qu'ils jouent dans la même cour que les "trolls".
Oui vous savez ces internautes anonymes qui balancent n'importe quoi en commentaire sur les réseaux sociaux pour créer une polémique. Il y en a bien assez comme ça, le tri n'est pas facile, pas la peine d'en ajouter.

                                                 *****

* L'effet boule de neige, mais pas en sens inverse.
Un blogueur dénonce le faux-blog, son article est partagé sur FB par un lecteur outré, les amis de ce lecteur sont outrés également et le partagent à leur tour, etc.... OK ça aura touché beaucoup de personnes et c'est le but. Mais ensuite? Est-ce que toutes ces personnes vont être au courant que finalement c'était un fake? Pas sûre que le partage en sens inverse se fasse de la même façon. Et si les gens ne cherchent pas à en savoir plus, ça va rester dans un coin de leur tête. Et dans 5 ans on entendra encore à un apéro entre amis "mais si il y a un blog où la maman raconte comment elle fait de sa fille une véritable petite femme d'intérieur, attends faut que je le retrouve" "laisse tomber c'était un fake" "mais non c'est vrai je te dis, le voisin de la cousine de mon coiffeur avait sa fille qui était scolarisée avec cette petite".
Comme Clitorine, quoi.

                                                 *****

*Un billet sponso doit être mentionné. C'est la loi.
Oui quand on est payé pour rédiger un article, cela doit être mentionné CLAIREMENT, pour que le lecteur le sache. Or là, ce n'était pas le cas.
Et pourtant certains des blogueurs ayant participé à cette campagne sont hyper à cheval là-dessus et n'hésitent pas ( et ils ont tout  fait raison) de sortir cette loi à des blogueurs qui hésitent parfois à intégrer cette mention dans leur article, sous la pression de marques qui demandent expressément de ne pas indiquer qu'il s'agit d'un billet sponso.
Alors pourquoi ici déroger à cette règle? "Pour le teasing" nous répond-on "et puis ça devait être mentionné dans le prochain article, où on expliquait la lutte de cette ONG".

Aaaaaah ouiiiii!!! 

Donc imaginons que Castorama me demande d'écrire deux articles sponsorisés (ça serait la moindre des choses, hein, vu que j'y dépense chaque mois une bonne partie de mon salaire) (d'ailleurs faut que j'aille acheter de la faïence). Si Casto me dit " le 1er billet c'est un teasing, MAIS faut pas que les gens le sachent, alors t'écris pas que c'est sponsorisé, tu l'indiqueras dans le second" alors j'ai le droit? 

NON. 

Ben là c'est pareil.
Peu importe le contenu de l'article. Si c'est pour une bonne cause ou non. Le lecteur a le droit de savoir que c'est sponsorisé.

                                                   *****

*Parce que des lecteurs n'ont pas vu le fake venir (oui je sais c'était le but)
Et que certains ont passé du temps à chercher des renseignements sur cette maman pour la signaler.

                                                   *****

*Et justement, est-ce que ça n'a pas nui à PHAROS?
La plateforme gouvernementale de signalement sur les contenus et comportements illicites?
Peut-être que plusieurs personnes y ont signalé ce faux-blog. Donnant du travail pour rien aux agents de PHAROS.



Enfin bref, une bonne campagne de M.... pour un sujet on ne peut plus sérieux.
C'est très dommage.
Pour la cause en question.
Pour les lecteurs qui ont eu l'impression d'être bernés.
Pour les blogueurs qui ont relayé cette campagne et qui se sont fait parfois insulter.

Bref beaucoup de dommages collatéraux pour un mauvais buzz...

lundi 28 septembre 2015

Aie des copains Bras Cassés, tu ne t'ennuieras jamais!



Ca faisait un petit bout de temps que je n’avais pas parlé d’eux : les copains Bras Cassés, ce n’est pas pour autant que je n’ai rien à raconter à leur sujet.

Pas plus tard qu’hier nous avons eu droit à une perle venant tout droit d’une de mes bras cassée préférée : Miss Catastrophe.

12h30 : je rentre de la messe.
Oui.
Alors je tiens à préciser que c’est exceptionnel. C’est ma Loupiotte qui voulait y aller parce que c’était la messe de bénédiction des cartables. JE NE SAVAIS MÊME PAS QUE CA SE FAISAIT. Alors je l’ai accompagnée pour bénir son cartable Monster High.

Non je rigole.
Elle a un cartable Chipie.
Mais bon, dans le tas de cartables à bénir y devait bien en avoir un.

Donc 12h30 on rentre de la messe, en écoutant Offspring (notez que je n’entends jamais Offspring à la radio, sauf là,… un signe probablement).

On mange tranquillement et puis à 13h30 mon mari, inquiet, me demande : 
« On devait manger chez les Catastrophes aujourd’hui ? »
« Non c’est la semaine prochaine. »
« T’es sûre ? Parce que je viens de voir que Miss Cata m’a laissé un message disant qu’elle nous attendait ».
« Non non, c’est le 4 octobre qu’on y va » dis-je en bondissant sur mon portable que j’avais éteint pour la messe (je sais me tenir !!)
Et là 2 appels de Miss Cata à 12h40 et 12h41.

Le message laissé sur mon répondeur m’a un peu inquiétée aussi.
« Oui coucou Aggie, bon ben on vous attend pour manger, peut-être que vous avez un peu de retard ? »

Je vérifie sur mon calendrier, c’est bien noté le 04/10.

Source

Illico je la rappelle.
Elle décroche.
Elle se marre.

Elle s’était bien plantée.

MAIS ATTENTION ce n’est pas la simple petite erreur que tout le monde peut faire, celle de noter le RDV le mauvais jour.
NON, c’est d’une bourde de  Bras Cassé dons nous parlons, ne l’oublions pas !!!

Alors pour résumer : elle avait bien noté notre visite pour le dimanche 4 octobre.
Sauf que dimanche dernier, sans s’en apercevoir, elle a tourné 2 pages de son calendrier d’un coup ; au lieu d’une. Ce qui fait qu’hier elle était persuadé que nous étions le 4 octobre.
En fait toute la semaine elle a cru que nous étions déjà en octobre !!

Faut le faire non ????

Et comme en ce moment ils sont en pleine forme, la prochaine fois je vous raconte un déménagement de Bras Cassé!

Source

lundi 21 septembre 2015

Cultiver les pois chiches



Parfois j’ai l’impression de faire subir des choses terribles à mes filles.
Genre les emmener dans des endroits où il n’y a ni la Reine des Neiges, ni du popcorn, ni un manège.

Pour les ouvrir au monde, à la culture, à la société.
Parce que je me dis que tout ce qui rentre dans des petites têtes ont des chances d’y rester plus tard.
Parce que je me rends compte, en effet, que souvent j’essaie d’assimiler mes nouvelles connaissances, ce que je découvre, en les rapportant à des choses que j’avais apprises petites et qui me donnent l’impression d’être ancrées pour toujours dans ma tête.

Et puis parce qu’on a de la chance. Ici nous avons un accès à la culture qui peut se faire facilement. Souvent gratuitement. Alors pourquoi ne pas en profiter ?

Ce week-end avaient lieu les journées du patrimoine.
Pour moi qui adore l’architecture, l’histoire (mais je suis nulle) et justement le patrimoine, c’est le kiff absolu.
Mais malheureusement ce week-end là il y a souvent d’autres évènements prévus.
Un mariage, l’anniversaire du neveu, … ce qui fait que je rate souvent un tas de trucs.

Source


Cette année j’avais carte blanche le samedi. Enfin, l’après-midi seulement, parce que le matin c’était leçon de danse pour la Biscotte et RDV chez le tapissier pour la tête de lit (la fameuse) de cette même Biscotte.

Alors l’après-midi j’ai traîné la famille au Palais de Justice. C’était visite guidée avec l’avocat général puis un autre magistrat. Moi j’ai adoré : le bâtiment, les anecdotes, leur éloquence !



Tout le groupe de visiteurs avait l’air également d’apprécier. Enfin plutôt les adultes qui composaient ce groupe. Parce que les 2 enfants qui étaient là (la Loupiotte et la Biscotte) n’en avaient un peu rien à secouer.


Mon grand kiff c'est de photographier les escaliers

Et leur garde-corps

Pourtant fût un temps où la Loupiotte voulait être juge (maintenant c’est boulangère ET peintre)

Et pourtant on avait fait un brief avant :

«  Ma Loupiotte tu sais ce qu’est un avocat ? »
« Oui, c’est soit un fruit, soit quelqu’un qui rend des services aux gens riches ».

Mais lors de la visite, elles ont dansé, bavardé entre elles, sont venues nous dire qu’elles avaient soif / faim / marre / envie de faire pipi.

La Biscotte m’a juste demandé, montrant du doigt le portrait du tout 1er président de la cour, si on lui avait coupé la tête à lui aussi (c’est vrai qu’il ressemblait pas mal à Louis XVI).

Elle a aussi reconnu la statue de Julien Doré. (mouif encore).

Bref ça n’avait pas l’air très concluant.


Et photographier les portes aussi

Et puis le soir, je les ai surprises, jouant avec leurs poupées. « Clochette, à cause de ce que tu as fait tu vas passer devant LE JUGE, Barbie sera ton avocat ».

Et puis ensuite la Biscotte est venue nous parler de la belle bibliothèque de la Cour, mais qui allait disparaître.

Et je me suis dit que finalement il y avait quand même des petites choses qui étaient rentrées dans ces mini-caboches ;-)

Et chez vous, le patrimoine ça intéresse?

mardi 15 septembre 2015

Le feng shui et la planche à repasser



Parfois j’ai l’impression de me battre contre des moulins à vent… de poussière.
Non disons plutôt des moulins à vent de bordel.
Je range, je trie, je range… et puis c’est comme si rien n’avait été fait.

Ces chaussettes neuves (encore dans leur emballage) par exemple ? Que font-elles sur l’étagère de la cuisine ? Elles y ont été posées quand mon mari était rentré des courses. « Je vais les ranger » m’avait-il. C’était il y a plus d’une semaine.

La planche à repasser qui trône au milieu du salon ? Je ne peux plus la saquer.
On a une grande maison, avec une buanderie, MAIS la table à repasser qui trône dans le salon. Magnifique.
Dire qu’on se prend la tête à bien choisir la déco et qu’on saccage tout avec des « détails » comme ça.

Source


Les chambres des filles ? HAHAHA.
Souvenez-vous, le week-end du 14 juillet j’avais entièrement trié, rangé, redécoré la chambre de la loupiotte. Ca a tenu 3 jours.
Je m’en moque qu’il y ait quelques trucs qui traînent, c’est une chambre d’enfants. Mais ce qui me met en boule c’est quand elle planque tout (mal en plus) sous son lit ou derrière le rideau. Et qu’ensuite elle ne retrouve plus ce qu’elle cherche, comme son pyjama par exemple.

Alors parfois j’ai envie de hurler. Parce que tous ces petits détails ça parasite mon esprit. Je ne suis pas du tout maniaque. Je n’ai pas envie de vivre dans une maison témoin, mais toutes ces choses qui traînent ça n’est pas Feng shui pour mon bien-être.

Et puis j’ai une grosse tendance à culpabiliser.
Et dans ma tête ça se bagarre grave.
« Franchement Aggie au lieu de regarder l’amour est dans le pré, tu ferais mieux de ranger, non ?? »
« Attend Aggie, t’as été au boulot toute la journée, t’as fait à manger, tu t’es occupée de tes filles, t’as franchement le droit de te poser un peu »
« Oui mais tu te sentiras mieux, si c’est rangé »
« Oui mais t’es fatiguée »
etc…
(oui je ne suis pas toute seule dans ma tête)


Source


Mais j’avoue que depuis quelques jours j’ai l’esprit un peu moins culpabilisant.
Je suis passée « à l’improviste » chez une copine.
Je ne me suis pas invitée de moi-même, hein, c’est elle qui m’a demandé de passer pour boire un café.
Et cette copine, que je connais depuis…. (je ne préfère même pas compter) c’est la caricature de la nana hyper organisée, hyper ordonnée, qui maîtrise TOUT.

Et bien là on va dire qu’elle a lâché du lest :
Quelle surprise de trouver la table à repasser au milieu du salon ! Et même le linge qui pend sur l’étendoir juste à côté.
La vaisselle du petit-dej qui patiente dans l’évier.
La gamelle du chien qui a débordé.
La chambre de ses fils sens dessus-dessous.
Incredible !

Alors hier soir je me suis posée devant l’amour est dans le pré et j’ai fait comme si je ne voyais pas la table à repasser près du canapé.

Mais en montant me coucher j’ai rangé la paire de chaussettes.

Et chez vous ça se passe comment ?

vendredi 4 septembre 2015

On ne doit pas montrer

Non on ne doit pas montrer.
On ne doit pas montrer un petit garçon allongé sur le sable, mort.
Si on ne doit pas le montrer, ce n'est pas parce qu'il faut cacher.
Le cacher lui, cacher ce qui est arrivé aux autres, cacher ce qu'il se passe, cacher notre honte.
Non, c'est juste par respect.
Si je baisse les yeux quand cette photo apparait, ce n'est pas pour ne pas voir la situation, ce n'est pas parce que je suis sensible, ce n'est pas parce que je veux faire comme s'il n'existait pas, ce n'est pas parce que c'est choquant.
C'est simplement parce que je le respecte. Lui, sa famille, les autres migrants.

On ne montre jamais le corps d'enfants d'ici, on ne montre jamais le corps d'adultes d'ici.
Par respect.

Quelle est différence avec le corps d'un enfant migrant? Avec le corps d'un adulte migrant?

Aucune.

AUCUNE.

Source


Alors non je ne veux pas voir cette photo.

Comme je ne veux pas voir les photos de massacres en Afrique. Ou ailleurs.

Parce que l'égalité est un droit fondamental.
Et que si on en arrive-là, c'est justement parce que l'égalité, à d'autres niveaux, a été piétinée.

mercredi 2 septembre 2015

Naissance d'un pansement

Il y a 7 ans aujourd'hui je donnais naissance au plus joli petit pansement qui puisse exister.
Qui aurait cru que cette petite fille, pleine de cheveux et avec son nez en trompette, allait panser autant de plaies?

Source


Les miennes d'abord. 
Même s'il me reste quelques failles, elle m'a soignée dans mon estime de moi-même, dans mes capacités. Elle m'a regonflée à bloc. Je suis redevenue fière de moi. Elle a adouci ma vie de toute sa candeur, sa joie, son amour inconditionnel. Elle m'a guérie d'un tas de doutes qui me rongeaient. Elle a été mon remède miracle.

Qui aurait cru qu'elle soignerait aussi ses grands-parents?
Ma mère qui pouvait basculer du jour au lendemain dans de grosses phases de dépression n'en a fait plus qu'une seule depuis le jour où elle a su que j'étais enceinte.
Et mon père qui a retrouvé un nouveau souffle, une seconde jeunesse, de la joie de vivre depuis ce 2 septembre 2008, je ne l'avais jamais connu ainsi.

Et qui aurait imaginé qu'elle prodiguerait aussi ses soins sur ses arrière-grands-mères?
Ma défunte mamie renaissait à chacune des visites de son (puis de ses) arrière-petite(s)-fille(s)
Dès qu'elle se sentait au bout du rouleau mon père lui apportait sa came: des photos d'elle(s). Elle en avait exposées tellement dans son salon, qu'on aurait dit un autel en hommage à une divinité. Son quotidien avait pris une autre dimension du jour où elle est devenue arrière-grand-mère.

Mais ma Loupiotte est allée encore plus loin. 
C'est aussi un pansement pour l'un de mes oncles. Même si je l'aimais déjà beaucoup avant, j'étais passée à côté de lui et l'ai redécouvert à la naissance de ma puce. Il n'a pas d'enfant et je crois bien que, sous ses airs bourrus, ça lui manque. Une petite baisse de moral, le remède Loupiotte et hop, tout va mieux.

Je savais bien que devenir maman allait m'apporter une déferlante d'amour et de bonheur. Mais non jamais je n'aurais imaginé que cette petite Loupiotte avait autant de pouvoirs et qu'en plus de nous combler nous, elle comblerait autant de personnes de ma famille. 
Et avec la Biscotte nous avons deux fois plus de raisons de nous sentir bien, vivants, heureux.

Bon anniversaire ma chérie d'amour. J'espère t'apporter autant que ce que tu nous offres.