mercredi 30 mars 2016

A l'église avec des enfants... c'est pas triste...



L’autre jour la Loupiotte est sortie de l’école en agitant un papier et en répétant, super excitée : J’veux y aller !! J’veux y aller !! J’veux y aller !!

« Encore un coup de l’association des parents d’élèves » me suis-je dit. (Chez nous l’APE organise toujours plein de trucs supers pour les enfants).
La Loupiotte m’a tendu le bout de papier.
Ce n’était pas l’APE, mais la paroisse qui nous indiquait les différentes messes prévues pour le week-end de Pâques.



_ J’veux y aller !! J’veux y aller !! J’veux y aller !!
_ Ben où ça ma Loupiotte ?
_ Me faire laver les pieds !!!!!!!
_ Hummm mouais et pourquoi ?
_ Parce que j’aime bien, c’est délassant. J’aime bien prendre des bains de pieds.

Les enfants sont formidables.

Après lui avoir expliqué qu’il n’y aura pas de mousse, que l’eau sera peut-être glacée, qu’il serait sans doute mieux de laisser la place à un enfant qui va souvent à la messe,  et qu’elle ne sera peut-être pas retenue vu qu’elle ne fait pas sa communion cette année, la Loupiotte campait toujours sur sa position : j’veux y aller !! (Notez bien qu’elle n’en avait trop rien à cirer de la messe, elle voulait juste se faire laver les pieds)

Alors j’ai rempli le bulletin d’inscription… qu’elle a oublié de rendre avant la date butoir. (par contre elle n’a pas oublié de rendre le bulletin d’inscription pour la chasse aux œufs organisée par… l’APE … ahem).

Jeudi après l’école je me suis quand même enquise « Puisque tu n’as pas rendu le bulletin pour la messe de ce soir, tu ne te feras pas laver les pieds, alors on n’y va pas ? »

_ Ah mais siiiii j’ai donné le bulletin ce matin à la dame de la paroisse, elle m’a dit qu’elle allait envoyer un SMS au curé pour savoir si je pouvais encore m’inscrire »
_ Et ? Elle a eu une réponse ? »
_ Ah ben ça je sais pas…. »

Donc la Loupiotte était peut-être inscrite… peut-être pas. Dans le doute, ne voulant pas faire faux-bond (j’imaginais la messe complétement ratée parce qu’il n’y avait que 11 enfants sur les 12) (oui j’amplifie toujours tout) je me suis dit qu’il fallait bien y aller.

Donc à 19h30, après avoir vérifié que les pieds de la loupiotte étaient bien propres et que ses chaussettes n’avaient pas de trou, nous sommes partis tous les 4 dans un tout petit village à une dizaine de bornes de chez nous.

« Attention ! les tuyaux de chauffage sont brûlants » indiquait une affiche sur la porte de la minuscule église.

L’ambiance était presque irréelle. Aller à l’église de nuit, ça ne fait pas du tout le même effet que de jour.
Nous nous sommes installés au 3e rang.  Une dame est passée, demandant aux enfants inscrits de venir s’asseoir sur les 12 chaises placées sur le chœur. Ma Loupiotte y est allée, sans se poser de question. L’appel du bain de pieds est plus fort que tout.

Assise au milieu de 10 autres gamins (ah tiens il en manque un !) elle a commencé à tournicoter une mèche de cheveux…signe qu’elle n’était plus trop trop à l’aise.

Nous étions en train de lui faire coucou, comme à quelqu’un qui est dans un manège, quand soudain j’ai senti une petite main qui me tapotait le bras droit. C’était la Biscotte.
_ Et t’as vu maman, c’est beau ici ! C’est tout bien décoré.
_ Oui ma chérie
Taptaptap sur mon bras
_Et derrière il y a même une statue de danseuse.
_Ah ? Une danseuse ? Je regarderai plus tard.
Taptaptap
_C’est quoi le papier que la dame nous a donné ?
_ Les paroles des chansons qu’on va chanter quand ça va commencer.
_ Tu peux me les chanter…
_ Euh… je vais lire plutôt, hein ?

« Qui donc a mis la table où nous attend le pain ?
Qui donc emplit la coupe où nous boirons le vin ? »

   Oh tu vas boire du vin Biscotte ?
_ Oh non hein! Je boirai du lait à la place. Oh regarde il y a encore des enfants qui arrivent.

Mince DEUX enfants s’avancent pour prendre place sur les chaises du chœur. Ma Loupiotte est un imposteur, elle va se faire démasquer !
Finalement une dame de la paroisse ajoute une chaise, 13 enfants auront les pieds lavés.

_ Ah mais 12 !! DOUZE comme les 12 apôtres ! dis-je à mon mari, fière de moi, au moment où la petite lumière au-dessus de ma tête s’allumait enfin.
_ Ben oui, t’avais pas fait le rapprochement ? me répond-t-il comme si c’était évident.
Bon OK normalement pour quelqu’un qui a fait sa communion, comme moi donc, ça aurait dû être évident.

La chorale se met à chanter (très bien), la Loupiotte sur sa chaise continue de tournicoter sa mèche de cheveux et la Biscotte fait semblant de chanter tout en faisant semblant de suivre le texte du doigt (note pour plus tard : me méfier de la Biscotte qui, à 4.5 ans, fait déjà très bien semblant).

Devant nous : un banc entier d’enfants, qui font un peu le cirque.
Derrière nous : les parents d’un des enfants de devant, qui décident de rapprocher leur progéniture (environ 6 ans) pour l’avoir un peu mieux à l’œil. Comme il n’y avait plus de place sur le banc, ils le font s’asseoir sur le nôtre, à côté de la Biscotte.

Taptaptap
_ Maman, le petit garçon à côté de moi
_ Oui, qu’est-ce qu’il y a ?
_ Il met ses pieds sur le tuyau du chauffage.

Oui j’ai oublié de préciser que les tuyaux brûlants passent au pied de chaque banc (chauffage au sol, très vieille version)

Je me penche vers le petit garçon
_ Ne laisse pas tes pieds sur le tuyau, tes chaussures vont fondre.
_ Quoi ?
_ Les semelles de tes chaussures sont en train de fondre sur le tuyau !!


Elle aussi a dû posé ses pieds sur le tuyau de chauffage... (Source)


Il relève ses pieds : trop tard, il y a du caoutchouc fondu dessus.

Il me regarde, je le regarde, il me regarde à nouveau et tout en faisant un mouvement de tête vers une dame assis au 1er rang avec des gamins, a priori une prof de catéchisme, il me demande :
_ Et dis, tu la connais, elle ?
_ Non je ne sais pas qui c’est.
_ C’est Marie, la mère de Dieu.
Ah visiblement il me montrait la statue juste au-dessus.
_Ah mais ouiouioui, mais BIEN SUR que je la connais ! (nanmého, quand même !!!)

Mon mari se marre.
Soudain il remarque que notre Loupiotte, debout sur un pied (ne cherchez pas, ça doit être génétique, ma belle-mère se tient souvent sur un pied elle aussi), à un mini sac à main rose fluo en bandoulière.

_ Elle a pris un sac à main, me dit mon homme tout attendri
_ Oui c’est son sac de cartes Star Wars.
_ Pourquoi elle a pris ça ?
_ Aucune idée, je l’ai vu en arrivant ici.

La chorale chante (toujours très bien), on chante, la Biscotte fait semblant de chanter, tout en faisant semblant de suivre le texte, la Loupiotte baille aux corneilles (et elle, elle ne fait pas semblant) (et ne cherche pas à être discrète) (honte).

Taptaptap
_ Maman ?
_ Oui.
_ Le petit garçon à côté de moi, il dit que je lui plais.
_ Ah bon, mais faut écouter ce que dit le curé, ma chérie.
_ D’accord !

Taptaptap
_ Oui ???
_ Il dit que je suis jolie (petites joues qui deviennent toute rouges et sourire de midinette).

Ben ça alors se faire draguer à l’église, on aura tout vu !
Le prêtre parle, on se lève,  on écoute, la Biscotte aussi, le petit garçon aussi, la Loupiotte est debout sur un pied.

On se rassoit.

Le prêtre revient avec une bassine pour laver les pieds des 13 enfants. Ma Loupiotte a remonté son pantalon jusqu’aux genoux. C’est très rapide, je me demande si elle trouve vraiment ça délassant…

Le prêtre parle, on se lève, Loupiotte sur un pied. On se rassoit.

La Loupiotte farfouille dans son sac rose fluo (et donc super discret) et en sort ses cartes star wars… qu’elle commence à observer tranquillement une à une, sous le nez du prêtre et devant toute l’assemblée.
Honte. Honte. Honte. Nonnonnon ce n’est pas notre fille messieurs/dames !! D’ailleurs c’est un imposteur, vous voyez, y’a 13 enfants au lieu de 12 !!

Vient le moment des hosties.
Je ne vais jamais en chercher, parce que je ne me sens pas légitime de le faire, mais là c’est l’occasion de me rapprocher de la Loupiotte et de lui dire de ranger ses cartes de Star Wars.
Je vois que les gens qui vont en chercher disent quelque chose au prêtre. Mince, mince, mince. Je me retourne vers mon mari :
_ Ah ben non, je peux pas y aller ils disent quelque chose au curé en recevant l’hostie, mais je ne sais pas quoi.
_ Aggie… ils disent « amen »
_ T’es sûr ?
_ Ben oui, ils ne lui disent pas « merci »

Je rejoins la file. Je passe près de la Loupiotte et lui fais signe de ranger ses cartes.
Je crois que j’ai dit « amen » bien comme il faut, mais j’ai quand même un petit doute … j’ai peut-être  dit merci…

Je retourne à notre banc.
Taptaptap
_ Maman ? C’est quoi que tu es allée chercher ?
_ Une hostie
_ Et je peux y aller moi ?
_ Non ma chérie, c’est pour les grands
_ Pourquoi ? Ca pique ?

Taptaptap
_ Maman ?
_ Oui ?
_ [sourire béat] le petit garçon il dit qu’il est amoureux de moi.
_ Ah bon ? C’est bien.
_ Oui mais moi je suis embêtée, parce que j’ai déjà un amoureux à l’école. Je ne peux pas en avoir deux.
_ Bon écoute, on en reparlera à la maison.

La suite a été plutôt calme. La biscotte et le petit garçon aux semelles fondues  se sont dit au revoir,  des étoiles plein les yeux.
La Loupiotte a apprécié son bain de pieds, l’eau était un peu trop chaude à son goût, mais c’était délassant (pourtant ça a duré 3 secondes), par contre une chose l’a étonnée :
_ Papa ? Et toi, quand le curé en distribuait, pourquoi tu n’es pas allé chercher du gâteau ? 

Je crois qu’il y a encore du boulot….

Source

C'est ma participation au RDV "Etre mère" de Babidji


mardi 15 mars 2016

Bretzels maison! (super fastoches)

Il y a 2 ans pour un dîner entre amis j'avais misé sur un repas Alsacien. 
Avec Baeckeoffe en plat et bretzels maison pour l'apéro.

Les bretzels avaient beaucoup beaucoup beaucoup plus à ma Loupiotte. Et ça fait à peu près 2 ans qu'elle me demande régulièrement si je peux en refaire.

Le week-end dernier nous avions de la visite et je m'y suis collée.





Et bien franchement je regrette de ne pas en avoir refaits plus tôt, c'est délicieux et vraiment fastoche.

Je suis partie de cette recette (je l'ai faite sans robot, uniquement à la main, ça va tout seul).
La seule différence est que j'ai divisée la pâte en portions de 80 grammes.
Petit conseil pour bien faire le nœud du bretzel, il faut que les extrémités de vos boudins de pâte soient assez fines.
Attention à la cuisson, je les ai laissés cuire 10 minutes, puis les ai retournés pour qu'ils dorent aussi de l'autre côté.
 
J'en ai faits de plusieurs sortes: uniquement au gros sel, gros sel et sésame blanc, gros sel et graines de pavot.

Nous recevons ma famille pour Pâques, je crois que j'en profiterai pour en faire à nouveau!

Et vous, vous avez déjà tenté les bretzels maison?




vendredi 11 mars 2016

Lettres à mon utérus -[cadeau à gagner]-




Règles, ménopause, grossesses, endométriose, vie sexuelle,…. L’utérus est l’organe qui régit une bonne partie du quotidien des femmes, c’est celui aussi qui est au cœur de beaucoup de leurs questionnements, de leur douleur physique et/ou morale et pourtant l’utérus est mal connu et étudié.

Dans cet ouvrage, 18 femmes s’adressent à leur utérus en lui écrivant une lettre.
Qu’il les ait fait souffrir, rendus mère, qu’il est été malade, qu’il soit greffé ou retraité, toutes ont quelque chose à dire à leur utérus.

Ces femmes sont blogueuse, journaliste, humoriste, militante, transgenre et c’est sous la direction de Marlène Schiappa que ce recueil, dans la même veine que « les monologues du vagin », a vu le jour.



Ce livre sortira le 24 Mars, mais aujourd’hui j’ai l’occasion de vous en faire gagner un exemplaire.

Pour cela il vous suffit d’écrire un commentaire sous cet article pour me dire que vous participez.
Si vous partagez le concours vous aurez une chance supplémentaire de gagner.
Si vous aimez ma page FB aussi.

Le concours est ouvert jusqu’au mercredi 16 mars à 18h. Le tirage au sort, via random, aura lieu dans la foulée.

Bonne chance à tous !

*** EDIT ***

Résultat du concours
La gagnante est Helene Leylanah
Bravo! Envoie- moi tes coordonnées à l'adresse que tu trouveras dans la colonne de droite.
Merci à tous pour votre participation et aux Editions la Musardine pour ce lot!

mardi 8 mars 2016

Mais à son âge, qu'est-ce qu'elle a besoin de faire du roller?

La semaine dernière j'ai assisté à une conversation gerbante entre femmes.
Au restaurant, à la table dernière moi, déjeunaient 4 femmes.
* 3 amies d'une quarantaine d'année
* la 4e, d'environ 60 ans, était la mère de l'une des 3 autres.

D'après ce que j'ai compris deux d'entre elles ont leurs enfants dans la même classe.
Et depuis la reprise de l'école la maîtresse est absente.
Car, pendant les vacances, elle s'est cassé le poignet en faisant du roller.

Et apparemment c'est très drôle, ça a bien fait marrer tout ce petit monde.
A part la 3e quadra, la seule de la table a ne pas connaître cette maîtresse. 


Source


 Ca a commencé comme ça:
_ Non mais franchement, A SON AGE, qu'est-ce qu'elle a besoin de faire du roller? a dit la sexagénaire.
_ Oui y'a pas idée. N'importe quoi!
_ Pourquoi? Elle a quel âge cette maîtresse?
_ Rho ben elle a bien 52 voire 53 ans...
_ Enfin... euh...y'a pas d'âge pour faire du roller, si???
_ Non mais sérieux, à 50 ans tu ne fais plus du roller. 
_ Bon si, il doit bien y avoir des Parisiennes de cet âge-là qui ont font, parce que c'est la mode, mais ici, franchement. On ne voit pas ça.
_ Moi je ne trouve pas ça bizarre.
_ Hein??? Ca doit être parce que tu ne la connais pas. C'EST UNE VIEILLE FILLE!
_C'est-à-dire?
_ Ben tu vois quoi, elle vit seule, elle est moche, elle est pas moderne du tout.
_ Oui parce que si encore elle était moderne, faire du roller, pourquoi pas. Mais là, ça ne va pas du tout avec son look.
_ Oh n'en parle pas, toujours avec ces gilets difformes tricotés main.
_ Et elle va jamais chez le coiffeur.
_ MAIS elle est très gentille.
_ Oh oui les enfants l'adorent.
_ Oui c'est vrai qu'elle est agréable, mais bon du roller, quoi! A son âge!!
_ Tu te souviens de ce que je t'ai répondu, lundi, quand tu m'as envoyé le message pour me dire qu'elle était absente pour plusieurs semaines?
_ Ahahaha ouiouioui!!! c'était trop drôle!
_ T'avais répondu quoi?
_  P't'être qu'elle est enceinte!!!! ohohoh
_ Hahahah, et moi je t'ai répondu "ah non pas possible, parce que pour ça, faut coucher"
_ Ouiiiii et avec elle PAS POSSIBLE hihihi elle est trop moche hihihi
_ Hihihihi
_ Hihihihihihi
_ ....
_ Non mais c'est normal que tu rigoles pas, c'est parce que tu l'as pas vue. Sinon tu rigolerais.
_ Je pense pas non.
_ Non mais si, c'est sûr. Sérieux qui en voudrait?
_ PERSONNE!!! AhahahAHAHAHAH!!
_ Ohohohoh

Alors mesdames sachez que passé 50 ans (même 40 si ça se trouve) VOUS NE DEVEZ PLUS faire du roller.
SAUF, à la limite, si vous êtes Parisienne ET branchée.

Et si vous êtes laide et ringarde, merci de vous adonner à des activités appropriées. Genre mettre du vieux pain sur votre balcon pour attirer les moineaux, les pigeons. Non mais c'est vrai quoi, chacun son domaine!

Bref mon repas m'est resté coincé.
Je ne sais pas ce qui m'a le plus déplu:
* l'âge limite pour faire du roller.
* les critiques sur son look
* le fou-rire parce qu'elle est soit-disant trop moche pour avoir un mec


Gerbant non??

lundi 7 mars 2016

La période du "Non!"

Elle est en général associée à la période du terrible two (qui précède l'horrible three).
C'est le moment où les enfants comprennent qu'ils peuvent dire "Non" et ils ne s'en privent pas.
Sauf qu'aujourd'hui c'est de moi dont je vous parle.

Bien sûr ça fait plus de 30 ans que je sais dire non. Et je l'ai dit des milliers de fois.
Mais souvent avec une petite pointe de culpabilité. En ayant l'impression que je devais me justifier.
Je sais que ça vient notamment de mon problème de "décalage". A force de croire que je devais faire comme les autres, j'en étais arrivée à ne plus savoir moi-même ce que je pensais vraiment. Comme si mes arguments étaient vacillants et que, QUAND MEME, je pouvais bien prendre un peu sur moi pour faire l'effort qu'on me demandait.

Depuis que je connais mon mari, ça s'est amélioré.
Depuis que je suis maman encore plus. J'ai beaucoup plus confiance en moi.
Et depuis quelques mois un déclic encore plus franc a eu lieu.

J'ai essayé une fois de dire "non" en m'empêchant moi-même de me justifier. Ca a marché.
Alors, tel un enfant qui découvre ce pouvoir, j'ai recommencé.
Et ça a marché à nouveau.


Source


J'ai dit à la maîtresse de ma Biscotte que je n'étais pas d'accord pour la punition qu'elle avait eue (elle était allée au coin, parce qu'elle avait dit à sa copine, contre qui elle était en colère, qu'elle ne l'inviterait pas chez nous.)

Récemment je me suis opposée à 3 dirigeants de ma boîte. Je n'étais pas d'accord avec leur décision (qui avait des répercussions sur mon travail), j'ai été invitée à prendre la parole, alors je ne me suis pas privée. "Aggie êtes-vous d'accord?" 
"NON"
Un NON clair, ferme, un non qui affirmait combien j'étais sûre de ma réponse. 
Bien sûr, là, il a fallu que j'argumente.
Je sais très bien que ma réponse leur importe peu, que leur décision était déjà prise. Mais au moins j'ai dit ce que je pensais.

J'ai redit "NON" cette semaine à mon chef. 
Il me demandait de changer de bureau, pour laisser le mien à quelqu'un, d'un autre service, qui a besoin d'un point de chute de temps en temps.
En 7 ans j'ai changé 3 fois de bureau. Notre service devrait disparaitre d'ici la fin de l'année, et normalement je vais changer de poste  et de service dans les mois qui viennent. Il y a des bureaux qui sont déjà vides dans le bâtiment. Non vraiment il y avait d'autres solutions pour accueillir cette personne que de lui laisser mon bureau.
Alors j'ai dit "NON".
Juste "NON". Un NON clair et ferme, et en gardant pour moi mes arguments qui tenaient la route. Je savais que ce n'était pas un caprice de ma part. 
Et ça a marché.

Et hier j'ai fait un pas de plus.
C'était un repas en famille. Il y avait un sujet qui me restait en travers de la gorge (ma belle-soeur qui transporte les enfants en ne les attachant pas comme il faut). Je ne l'avais encore pas revue depuis cette histoire, donc pas pu lui en parler. Et ma Loupiotte n'arrêtait pas de nous répéter qu'elle souhaitait qu'on lui en parle.
Alors j'ai amené le sujet. Calmement. Sans accusation. Pour au moins savoir si sa version correspondait à celle de mes filles. Je n'ai pas eu le temps de terminer ma phrase, que ma BS était déjà partie en vrille. Elle est très cash. Mais j'ai tenu bon, sans m'énerver et SURTOUT sans me dire que je n'aurais pas dû évoquer le sujet. Parce que j'étais convaincue de ce que je faisais.
La fin du repas a été un peu tendue, je déteste les conflits, mais je me suis sentie très bien.

Et même fière de moi....










jeudi 3 mars 2016

Aggie, t'as rien d'autre à faire que décorer des assiettes?

Je crois que c'est ce que mon mari a pensé très fort quand il m'a vue assise face à 12 assiettes, armée de ma peinture dorée.
Mais il n'a rien dit. 15 ans de vie commune, je crois qu'il a l'habitude.
Et puis je crois aussi qu'il avait peur que je lui dise "et les joints de carrelage?" rapport à la faïence des WC qu'il a commencée à poser entre Noël et Nouvel An.

Revenons-en à mes belles assiettes.
Oui je m'autorise à dire qu'elles sont belles, parce que, ô miracle, pour une fois je suis satisfaite du résultat.
Je suis très créative, je fourmille d'idées, mais mes capacités en travaux manuels sont très très limitées. En général le résultat ne correspond à ce que j'avais en tête.

Tout est venu d'une soirée entre amis. Une soirée où il y avait beaucoup de monde. On m'a demandé d'apporter 10 assiettes. DIX!!! 
Nous n'avons quasiment pas de vaisselle.
11 assiettes assorties.
5 ou 6 assiettes vestiges du temps passé.
Comme notre appart était tout petit, j'attendais d'être dans notre maison pour acheter de la belle vaisselle. Le problème c'est que je suis super indécise et qu'il y a plein de modèles qui me plaisent, donc j'attends.

Bref. Je me suis dit que ça serait bien d'avoir un peu de vaisselle de secours, pas chère, au cas où on me redemande d'apporter 10 assiettes. (ce qui arrive rarement, mais je suis prévoyante).

En flânant dans un magasin Zodio pendant les soldes, je suis tombée sur un rayon rempli d'assiettes en porcelaine blanche, toutes simples. A 80 centimes.
Je n'ai pas hésité, j'en ai pris 12, on me disant qu'elles feraient très bien l'affaire pour du dépannage.

Mais quelques rayons plus loin, je suis tombée nez à nez avec de la peinture pour porcelaine.
C'est là que je me suis dit que, quand même, ces assiettes toutes simples et toutes blanches, elles étaient un peu trop toutes simples et toutes blanches.
Alors hop, j'ai glissé de la peinture dorée (de la marque PEBEO) dans mon caddie.

 


Ce DIY est ultra-simple, suffit d'avoir de l'inspiration.

J'ai commencé par laver les assiettes au lave-vaisselle.
Ensuite j'ai appliqué la peinture (sans pinceau, l'embout du tube est suffisamment pratique et précis).
Attention, il ne faut pas en mettre là où elle pourrait être en contact avec les aliments (ce n'est pas écrit sur lr tube, mais sur la fiche qu'il y avait en magasin).
Je n'en ai mis que sur le tour (mais je suis peut-être allée un peu trop près du centre parfois... ces assiettes serviront d'assiettes de présentation).
J'ai ensuite laissé sécher 24 heures comme il est recommandé.
Puis je les ai mises au four 40 minutes à 160° toujours comme c'est recommandé.

La peinture tient bien. Je n'étais pas satisfaite de 2 assiettes, que j'ai voulu recommencer, mais je les avais laissées sécher: la peinture n'est pas partie, même en frottant et en les mettant au lave-vaisselle (sans passer par le case four).

La peinture s'applique facilement, par contre j'ai voulu faire de grands aplats au pinceau et ça ne s'étaler pas bien. Il faut l'utiliser pour des dessins qui demandent de la finesse et de la précision.





 
 



mardi 1 mars 2016

Ma petite Cosette



Depuis quelques jours nous accueillons une nouvelle petite fille chez nous : Cosette.
Elle ressemble comme deux gouttes d’eau à notre Biscotte, mais, la pauvre, mène une vie bien plus difficile que celle-ci.
En effet avec la Biscotte je me sens considérée comme une maman. Une gentille maman d’amour. La meilleure des meilleures mamans.
Quand c’est Cosette qui est là, je deviens madame Thénardier.


Source

Je refuse qu’elle mange un bonbon avant le dîner ?
Moue boudeuse, bras croisés : « Jamais de la vie j’ai le droit de manger des bonbons ! »

Elle sort des feuilles et des feutres, alors que c’est l’heure d’aller au lit ?
Regard plaintif, lèvre qui tremblote : « Jamais de la vie je peux dessiner  »

Le matin je lui demande d’aller ranger son pyjama dans sa chambre ?
Expression de Caliméro : « Tu me donnes tout le temps du travail ! »

Je lui dis de prendre son cartable pour le mettre dans la voiture ?
« Jamais de la vie c’est quelqu’un qui porte mon cartable, c’est toujours moi qui dois le porter! »

(D'où lui vient cette expression "jamais de la vie" utilisée à tort et à travers? Aucune idée!)

Pauvre petite fille, qui pourtant s'est ruée sur l'aspirateur dimanche dernier et a voulu laver le sol de sa chambre, parce que "j'adore trop t'aider à faire le ménage!!!".

(Je viens de me souvenir qu'il y a 4 ans sa grande soeur s'était déjà transformée en Caliméro)